general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration: Barbara - Mary elizabeth Braddon

Barbara

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Daniel Luttringer
Livre audio de 6h36min
Fichier Zip de 287 Mo (il contient des mp3)

247 - Téléchargements - Dernier décompte le 14.10.19




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 





Connue pour ses romans policiers, Mary Elizabeth Braddon (1835-1915) conte dans Barbara une sublime histoire d'amours contrariées.

« George Leland, qui ne soupçonne pas l'effet qu'il a produit dans l'asile doux, chaud et tranquille de la famille, fait son apparition à Southlane à l'heure convenue. Les mots : Villa des Roses sont inscrits sur la porte d'entrée.Le jardin, éclairé par un beau soleil, brille de tout son éclat. Le long des murs du petit vestibule, des jardinières sont remplies de fleurs. Le calme, la fraîcheur de l'air, le parfum des fleurs, tout se réunissait pour inspirer au transfuge du West-End un sentiment de repos.
- Je ne m'imaginais pas que Camberwell pût être un si joli endroit, dit le capitaine
Leland, d'un ton aimable en serrant la main de Mme Trevenock ; on se croirait ici à la
campagne.
En ce moment il entrevoit deux sveltes jeunes personnes, qui cherchaient à dissimuler leur présence dans la pièce voisine. Les portières étaient relevées de manière à ne former qu'un appartement qui plongeait sur le jardin.
- Mes filles, balbutie Mme Trevenock ; puis elle acheva la présentation d'un ton plus officiel en reprenant: Le capitaine Leland... Mlle Trevenock, Mlle Florence.
Nouvel échange de poignées de main.
Florence prétendit plus tard qu'à ce moment une rougeur subite envahit les joues bronzées du capitaine, tant il s'attendait peu à trouver à Camberwell une personne d'une beauté aussi incomparable que celle de Barbara. Il se hâta de dissimuler sa surprise sous cette phrase banale :
- Vous paraissez avoir un bien grand jardin. »

Traduction : Hephell (18..-1894 ?)

Source: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6138336d

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons BY (attribution) SA (Partage dans les mêmes conditions).


Commentaires :


Message de Daniel Luttringer

Alors comme ça, Louise, on commande Barbara et on oublie de prendre livraison ? (◍•ᴗ•◍)❤


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :




Disponible sur Google Play

Nouveautés


Les Auteurs les plus lus