general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration:  Macbeth -Acte 3-scène II - William Shakespeare

Macbeth -Acte 3-scène II

(Extrait)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par SPQR
Livre audio de 05min
Fichier mp3 de 4,57 Mo

1988 - Téléchargements - Dernier décompte le 21.07.19




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 




SCÈNE II


 
Un autre appartement dans le palais
 
Entrent LADY MACBETH ET UN DOMESTIQUE.
 
LADY MACBETH
 
Banquo est-il sorti du palais?
 
LE DOMESTIQUE
 
Oui, madame ; mais il revient ce soir.
 
LADY MACBETH
 
Avertissez le roi que je voudrais, s’il en a le loisir, lui dire quelques mots.
 
LE DOMESTIQUE
 
J’y vais, madame.
 
(Il sort.)
 
LADY MACBETH
 
On n’a rien gagné, et tout dépensé, quand on a obtenu son désir sans être plus heureux : il vaut mieux être celui que nous détruisons, que de vivre par sa destruction dans une joie troublée. (Macbeth entre.)
 
—Qu’avez-vous, mon seigneur? pourquoi restez-vous seul, ne cherchant pour compagnie que les images les plus funestes, toujours appliqué à des pensées qui, en vérité, devraient être mortes avec ceux dont elles vous occupent? On ne devrait pas penser aux choses sans remède, ce qui est fait est fait.
 
MACBETH
 
Nous avons blessé le serpent, mais nous ne l’avons pas tué ; il réunira ses tronçons et redeviendra ce qu’il était, tandis que notre impuissante malice restera exposée aux dents dont elle aura retrouvé la force. Mais que la structure de l’univers se disjoigne, que les deux mondes périssent avant que nous consentions à prendre nos repas dans la crainte, à dormir dans l’affliction de ces terribles songes qui viennent nous ébranler toutes les nuits! Il vaudrait mieux être avec le mort que, pour arriver où nous sommes, nous avons envoyé dans la paix, que de demeurer ainsi, l’âme sur la roue, dans une angoisse sans relâche.—Duncan est dans son tombeau : après les accès de fièvre de la vie, il dort bien ; la trahison a fait tout ce qu’elle pouvait faire : ni l’acier, ni le poison, ni les conspirations domestiques, ni les armées ennemies, rien ne peut plus l’atteindre.
 
LADY MACBETH
 
Venez, mon cher seigneur, calmez vos regards troublés : soyez brillant et joyeux ce soir au milieu de vos convives.
 
MACBETH
 
Je le serai, mon amour ; et soyez de même aussi, je vous y exhorte : que votre souvenir revienne toujours à Banquo ; indiquez sa prééminence par vos regards et vos paroles.—Nous ne serons jamais en sûreté tant qu’il nous faudra nous laver de notre grandeur dans ce cours de flatteries, et faire de nos visages des masques pour déguiser nos cœurs.
 
LADY MACBETH
 
Ne pensez plus à cela.
 
MACBETH
 
O chère épouse, mon esprit est rempli de scorpions. Tu sais que Banquo et son fils Fleance respirent?
 
LADY MACBETH
 
Mais le bail qu’ils tiennent de la nature n’est pas éternel.
 
MACBETH
 
Il y a encore de la consolation, ils sont attaquables. Ainsi, sois joyeuse. Avant que la chauve-souris ait achevé de voler dans les cloîtres, avant qu’aux appels de la noire Hécate l’escarbot cuirassé ait sonné, par son murmure assoupissant, la cloche qui appelle les bâillements de la nuit, on aura consommé une action importante et terrible.
 
LADY MACBETH
 
Que doit-on faire?
 
MACBETH
 
Demeure innocente de la connaissance du projet, ma chère poule, jusqu’à ce que tu applaudisses à l’action.—Viens, ô nuit, apportant ton bandeau : couvre l’oeil insensible du jour compatissant, et de ta main invisible et sanglante déchire et mets en pièces le lien puissant qui me rend pâle!—La lumière s’obscurcit, et déjà le corbeau dirige son vol vers la forêt qu’il habite. Les honnêtes habitués du jour commencent à languir et à s’assoupir, tandis que les noirs agents de la nuit se lèvent pour saisir leur proie.—Tu es étonnée de mes discours ; mais sois tranquille : les choses que le mal a commencées se consolident par le mal. Ainsi, je te prie, viens avec moi.
 
(Ils sortent.)

Source: http://fr.wikisource.org/wiki/Macbeth#SC.C3.88NE_II_3


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :




Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Les Auteurs les plus lus


About - Achard - Ahikar- Aicard - Aimard - Allais - Amnesty International- Andersen - Anonyme- Apollinaire - Assollant - Aulnoy- Aulnoy - Austen - Aycard - Balzac - Banville - Barbara - Baudelaire - Baure - Bazin - Beauvoir - Beecher stowe - Beltran - Bergerat - Bernard - Bible- Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bossuet - Bourget - Bove - Boylesve - Brontë - Bruant - Brunet - Cabanès - Cabot - Catherine H- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Chevalier à la Rose- Claretie - Colet - Collectif- Comtesse de ségur- Conan Doyle - Coppee - Corneille - Coudrier - Courteline - Cros - Dandurand - Dantin - Daudet - Daumal - De condorcet - De Heredia - De nerval - De pawlowski - De renneville - De saint exupéry - De staël - De vesly - Decarreau - Del - Delattre - Demercastel - Desbordes Valmore - Descartes - Dickens - Diderot - Dionne - Dostoïevski - Du gouezou vraz - Dumas - Dumas fils - Dupire - Duruy - Eberhardt - Erckmann - Erckmann chatrian- Essarts - Faguet - Fedydurke - Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flat - Flaubert- Florian - Alain-Fournier- France - Fredleborgne - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gautier - Gehenot - Godwin - Gogol - Gozlan - Gréville - Grimm - Gyp- Hawthorne - Hodja - Hoffmann - Homère- Houssaye - Huchon - Hugo - Irving - Ista - James - Jost - Kardec - Kipling - La Fontaine - La rédaction- Lacroix - Lamartine - Le Braz - Le Rouge - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Lemaître - Lemonnier - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Lesclide - Level - Lévêque - London - Lorrain - Loti - Louvet de couvray- Louÿs - Lycaon- Machiavel - Madeleine - Malcor - Mallarmé - Malot - Margueritte - Marivaux- Marmier - Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Méténier - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mistral - Molière- Montesquieu- Moreau - Mouton - Musset - Musset - Nerincx - Nicloux - Noailles - Nodier - Normand - Orain - Ouida- Ourgant - Pavie - Pergaud - Perrault - Pichler - Poe - Polo - Racine - Radcliffe - Ramuz - Renard - Retbi - Richepin - Rilke - Rimbaud - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Saint victor - Sainte beuve - Sand - Scholl - Schwob - Sénèque- Shakespeare - Silion - Silvestre - Stendhal- Stevenson - Sue - Syhemalik- Theuriet - Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Trollope - Twain - Valéry - Vallès - Vannereux - Verlaine - Verne - Vigny - Villiers de l isle adam- Voltaire- Voragine - Weil - Wells - Wharton - Wilde - Zaccone - Zola

--- Liste complète