Version pour mal voyants
Menu

Illustration: La petite révoltée - Georges Feydeau

La petite révoltée

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Sabine
Livre audio de 07min
Fichier mp3 de 6,7 Mo

139 - Téléchargements - Dernier décompte le 21.10.17




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Inviter
un(e) ami(e)
Signaler
une erreur
Commentaires
 





Georges FEYDEAU

La petite révoltée



Monologue dit pour la première fois au Cercle des Castagnettes le 2 avril 1880 par Mademoiselle Octavie d'Andor.

 

 

Ah ! c'est trop fort ! je suis en rage !

Me traiter de cette façon !

Vous figurez-vous qu'à mon âge,

Maman me chasse du salon !


Oui, c'est le mot ! maman me chasse

Sans crainte de m'humilier.

Mais à la fin, cela m'agace,

Et je suis lasse de plier !


Je suis une bonne nature,

Je patiente, mais... tout doux !

Il ne faut pas que cela dure

Ou je me fâche, voyez-vous !


Enfin, à vous tous j'en appelle !

N'ai-je pas raison franchement ?

Me voici grande demoiselle :

Pourquoi me traiter en enfant ?


Ce qu'on m'a fait, c'est une honte,

C'est une atteinte à mon honneur !

Je sens le rouge qui me monte.

Mais l'on verra si j'ai du coeur !...


Tantôt à la porte l'on sonne,

— J'étais avec mère au salon —

Et soudain, voilà que la bonne

Annonce : « Monsieur Montalon ! »

« Monsieur Montalon ! fait ma mère,

Vite, fillette, viens t'asseoir,

Et tiens-toi bien, car c'est le père

Du jeune homme de l'autre soir ! »


« Et tiens-toi bien, car c'est le père

Du jeune homme de l'autre soir ! »

Pourquoi me dit-elle ça, mère ?

Quel rapport ça peut-il avoir ?


Enfin monsieur Montalon entre...

Si vous saviez comme il est fait !

Vieux, chauve, petit, un gros ventre !

Non, je n'ai rien vu de si laid !


Et pourtant, le fils, ce me semble,

Du père est le portrait frappant !

C'est drôle que l'on se ressemble,

Et que l'on soit si différent !


Car le fils, ne vous en déplaise,

Est vraiment un joli garçon

Mais je m'étonne qu'il me plaise,

Quand je vois monsieur Montalon.


Bref, quand maman, selon l'usage,

Eut fait la présentation,

Je le vois qui me dévisage,

Avec grande obstination !


Je me sentais embarrassée,

Et cela se comprend vraiment !

Se voir ainsi dévisagée,

Je vous assure, c'est gênant !


Lorsqu'il m'eut bien considérée,

Le vieux réfléchit un instant

Puis, d'une voix très altérée,

Dit en s'adressant à maman :

« Ah ! mademoiselle est charmante,

» Madame, et j'ai certain projet

» Dont vous serez ma confidente...

» Je veux vous parler en secret ! »


... Et maman m'a mise à la porte,

Sans égard pour ma dignité ;

Il a bien fallu que je sorte,

Mais vrai, c'est une atrocité !


Il faut toujours qu'on m'humilie !

« Maman ne me manque jamais !

» Hier, pour voir une comédie,

» Elle me conduit aux Français. »


Eh bien ! au plus joli passage

De cette pièce, elle eut le front

De me faire partir, ô rage !

Tout ça, pour me faire un affront !


Enfin toujours elle tourmente,

On a beau faire ce qu'on peut,

Jamais on ne la voit contente,

Elle ne sait ce qu'elle veut !


Tenez, une preuve entre mille.

Vendredi soir sur le palier

Je parlais à M. Léville,

Le locataire du premier ;


Ce n'était pas un bien grand crime !

Un brin de causette en passant,

C'est une faute bien minime.

Mais quand elle apprit ça, maman,


Ah ! sainte Vierge ! quelle vie !

Je ne l'oublierai de longtemps,

Disant que c'est une infamie

Que de parler aux jeunes gens !


Ne croyez pas qu'elle le pense !

Son seul but en réalité,

c'était de me faire une offense,

Une offense à ma dignité !


Et je vais le prouver bien vite !...

Trois jours après, à la maison

Nous recevons une visite

Du fils de monsieur Montalon !


Or, voyez si ce n'est pas bête,

Si cela se comprend vraiment.

Maman nous laisse en tête-à-tête,

Là, tous les deux, bien gentiment.


Nous ne savions trop que nous dire,

Et c'était même très gênant !

Enfin, il se mit à sourire,

Et je souris également.


Dès lors la glace était brisée :

Nous commençâmes à causer,

Et moi bien vite apprivoisée,

Pour trois je me mis à jaser.


Puis enfin, de fil en aiguille

Il en vit à parler d'amour,

Il me dit que j'étais gentille,

Et me fit quelque peu la cour !


Il se mit à genoux par terre,

Et m'embrassa bien longuement ;

Quant à moi, je me laissais faire,

Ne pouvant agir autrement.


Mais comme il était de la sorte

A m'embrasser bien tendrement,

Tout à coup, voilà qu'à la porte

Je vois apparaître maman !


Je deviens rouge, embarrassée...

Mais, à mon grand étonnement,

Loin de paraître courroucée

Elle sourit en nous voyant !


Or que veut dire ce sourire ?

Que peut-on conclure de là ?

Si ce n'est pas se contredire,

Comment appellerez-vous ça ?


Ainsi donc, quand maman me gronde

Ce n'est que pour me taquiner !

Et c'est toujours devant le monde,

Qu'elle cherche à m'humilier !


Que je voudrais qu'on me marie,

Pour pouvoir être libre enfin !

Rester fille, Dieu ! quelle vie !

Quand donc en verrai-je la fin !


Au moins lorsque je serai dame,

Mon mari me traitera mieux !

Un bon époux, je le proclame,

Est le plus grand bienfait des cieux !

...


Non, mais que peuvent-ils bien faire ?

Ce vieux est des plus indiscrets

De tenir si longtemps ma mère

Pour lui raconter ses secrets.


Que peut-il avoir à lui dire ?

Cela m'intrigue franchement !

S'il voulait que je me retire,

C'est que c'était intéressant !


Si j'écoutais par la serrure ?...

Quoi ! c'est un moyen excellent.

Chez les femmes, je vous assure

Que tout le monde en fait autant

...


Ah ! mon Dieu ! que viens-je d'entendre ?

« Cher monsieur, ma fille est à vous ! »

Non... ce n'est pas... j'ai cru comprendre...

Monsieur Montalon ! mon époux !


Quoi ! moi, je deviendrais la femme

De cette vieille antiquité !

Non, par exemple, je réclame,

J'ai ma petite volonté.


Donc, maintenant l'on me marie

Sans seulement me consulter ?

Ah ! c'est trop fort ! quelle infamie !

Je finis par me révolter.


A quoi peut bien penser ma mère

De me donner un tel mari !

Il est au moins... quinquagénaire !

Vraiment c'est un joli parti !


Enfin me voyez-vous : « madame

Montalon ! » Quel nom singulier !

Ce serait beau pour une femme !

C'est un vrai nom de cordonnier !


Oh ! tout n'ira pas de la sorte

Et je lutterai s'il le faut !

Je ne crains rien, moi, je suis forte,

Il faudra me prendre d'assaut !

Elle écoute à la porte.


«... Je puis répondre de ma fille,

Car je sais qu'elle aime Gaston,

Et je suis aise, en ma famille

De voir entrer un Montalon !... »


Hein ! quoi !... ce n'était pas le père !

C'était donc moi qui me trompais !

Est-ce bien possible ! oh ! ma mère,

Comme je te calomniais !


Oui, tu dis bien, Gaston, je l'aime,

— Je puis l'avouer entre nous —

Pour lui mon amour est extrême

Et je le rêvais pour époux !


Enfin, je vais être sa femme !

L'on m'appellera : « Montalon ! »  

Non, voyez-vous, ce que je blâme,

C'est qu'il ait un si vilain nom !


... Mais bah ! les noms cela se change,

On n'a qu'à mettre un « de » devant.

« Montalon » tout court, c'est étrange,

Mais « de Montalon » c'est charmant !


Enfin je vais être madame,

Et je vais épouser Gaston !

Ma foi, je n'y tiens plus... et dame !

Tant pis, je retourne au salon.

Fausse sortie.


Mesdames ! avant que je sorte,

Un conseil dans l'intimité :

N'écoutez jamais à la porte,

Ce n'est pas un bon procédé !


Ou bien alors, je vous propose

De bien écouter... jusqu'au bout !

Car, à se tromper l'on s'expose,

Si l'on n'a pas entendu tout !


Source: https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Monologues#La_petite_r.C3.A9volt.C3.A9e

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons BY (attribution) SA (Partage dans les mêmes conditions).


Commentaires :


Message de Écolo

Charmante petite pièce de vers qui décrit bien la société du XIXe siècle


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :




Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Sites à visiter


Site de sabine

Publicité



Les Auteurs les plus lus


Achard - Ackerman - Ahikar- Aicard - Aimard - Allais - Amnesty International- Anatole France- Andersen - Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Audoux - Aulnoy- Aulu gelle- Baillon - Balzac - Banville - Barbey d aurevilly - Barrios - Baudelaire - Baure - Bazin - Beaumarchais- Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bergerat - Bible- Billot - Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Bove - Boylesve - Brontë - Bruant - Brunet - Burney - Canel - Catherine H- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Choderlos de Laclos - Chtchédrine - Cicéron- Claretie - Colet - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Comtesse de ségur- Conan Doyle - Contes médiévaux- Coppee - Corneille - Cotard - Coudrier - Courteline - Cros - Cuomo - D´holbach- Dandurand - Daudet - De condorcet - De Heredia - De laveleye - De pawlowski - De renneville - De vesly - Del - Delattre - Des tilleuls - Desbordes Valmore - Deulin - Dickens - Diderot - Dionne - Domergue - Dostoïevski - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Duruy - Eberhardt - Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Fabre - Fedydurke - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flat - Flaubert - Fleury - Florian - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- Fredleborgne - FrihD - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gaskell - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Gogol - Gréville - Grimm - Gyp- Hache - Hawthorne - Hodja - Hoffmann- Homère- Houssaye - Huchon - Hugo - James - Jammes - Jost - Kardec - Kipling - La Fontaine - La rédaction- Lamartine - Lancourt - Le Braz - Le Rouge - Le Saint - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Level - Lévêque - Lewis - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- M.B.- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Mallarmé - Malot - Marivaux- Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mistral - Molière- Montaigne- Montesquieu- Moreau - Mouton - Musset - Musset - Nerincx - Nicloux - Nodier - Normand - Orain - Pavie - Pergaud - Perrault - Poe - Polo - Pouchkine - Proust - Racine - Radcliffe - Rémy- Renard - Richepin - Rilke - Rimbaud - Rodenbach - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Sainte beuve - Samain - Sand - Schnebelen - Scholl - Schwob - Scott - Sénèque- Shakespeare - Silion - Stendhal- Stevenson - Sue - Syhemalik- Tchekhov - Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Twain - Valery - Vallès - Vannereux - Verhaeren - Verlaine - Verne - Vicaire - Vigny - Villiers de l isle adam- Voltaire- Wharton - Wilde - Zola

--- Liste complète