general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu
Vous pouvez nous soutenir là : 👉 https://fr.tipeee.com/audiocite - Merci ❤❤❤

Illustration: Le Repas - Stuart Merrill

Le Repas

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net
Publication : 2020-08-07

Lu par Daniel Luttringer
Livre audio de 03min
Fichier mp3 de 2 Mo

923 - Téléchargements - Dernier décompte le 07.06.24



Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 





Extrait du recueil Les quatre Saisons de Stuart Merrill Stuart (1863-1915).

Voici, amie, sur la table de sapin blanc
Qu’égaie un pot rustique de roses et de lis,
La jatte pleine de lait et la miche de pain bis
Et la corbeille toute lourde d’amandes et de cerises
Où notre faim mordra bientôt à pleines dents.

C’est l’heure gaie du repas où nous nous volons, comme des enfants,
De bouche à bouche, de bons baisers avec les fruits,
Et c’est l’heure grave du silence des alouettes
Où les cloches, de bourg à bourg, sonnent ensemble midi.

Viens ! J’entends dans la chambre haute ton rire de fillette
Répondre au roucoulement tendre des tourterelles
Qui se rengorgent de désir dans leur cage d’osier.
Viens ! nous nous aimons et la saison est belle.

La porte s’est ouverte sans bruit sur le jardin
Où l’on entend, de corolle à corolle, bruire les abeilles
Comme des âmes butinant le miel béni du Bien.
Une bergeronnette chante sous les capucines vermeilles,

Aiguë et douce, la joie des jours dans les futaies
Et la paix des nuits, au nid, de soleil à soleil ;
Des fleurs, je crois, vont éclore en nos cœurs,
Et nos paroles seront des oiseaux de bonheur
Qui crieront à plein vol la gloire de cet été.

Je fermerai légèrement les volets verts
Pour que le soleil où la poussière s’irise
Ne blesse pas tes yeux, amie sage
Dont le regard me fait rêver à toute la mer !

La mer ! L’entends-tu par-delà le village
Et ses toits roses qui fument, et l’église grise,
Tonner, monotone comme un ancien remords,
Sur la plage où, l’hiver, s’échouèrent tant de morts ?

Mais non ! Nous avons oublié jusqu’au nom de l’hiver,
Ô mon amie aimée qui a tant souffert
Avant d’apprendre à rire dans l’asile de mes bras,
Et à laisser, au long des heures, danser tes pas !

Oh ! tes pieds dans l’escalier, et le bruit de ta robe,
Et cette chanson fleurie au bord de tes lèvres,
Et soudain la porte qui cède, ton geste qui se dérobe,
Et ton baiser livré dans une si jolie fièvre !

Amie, je veux oublier que l’on pleure sur la route
Et que les cloches tout à l’heure sonneront, graves, le glas
Pour une âme qui peut-être n’est pas encore absoute.
Je veux ravir au temps cette minute de bonheur

Et croire que toute la terre est heureuse comme nous.
Viens donc, puisque midi sonne parmi les fleurs,
T’attarder, en faisant ta voix lente et tes regards doux,
À cette table aussi sainte que celle où jadis
Jésus se donna aux hommes.

Avec des roses et des lis,
Voici la jatte de lait et la miche de pain bis
Et la corbeille toute lourde d’amandes et de cerises.

Source: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54865r/f57

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons BY (attribution) SA (Partage dans les mêmes conditions).


Commentaires :


Message de lili

Chère Claryssandre, tout d'abord merci infiniment pour vos si aimables et chaleureuses éloges ! J'en ai été très touchée et comme vous, j'en suis restée "estourbie" ! Grâce à vous, mon vocabulaire s'enrichit de ce nouveau mot ! Il n'y a eu, non pas une, mais mille fées de la gentillesse qui se sont penchées sur votre berceau !
Merci beaucoup Claryssandre et Daniel pour ce si bon "repas" partagé, composé de vos succulentes paroles ! lili (✿•‿•)


Message de Claryssandre

Oups ! Désolée d'avoir mal orthographié votre prénom chère Lili !


Message de Claryssandre

Chers Lily et Daniel, pardonnez moi de m'immiscer
dans votre échange mais je ne peux résister... Si jeune et surprenante Lily, chaque fois que je vous lis je suis estourbie, ébahie, béate d'admiration et de surprise ! Quelle maîtrise du français ! Le vocabulaire et la syntaxe certes, mais, mieux que tout, vous avez le don de la "musicalité" des mots, la fluidité du style qui en découle... La fraîcheur en prime ! C'est si rare et donc précieux. C'est un plaisir de vous écouter mais également de vous lire. Vous êtes la preuve que "la valeur n'attend point le nombre des années" ! Bonne journée à vous deux, à tous !


Message de Daniel Luttringer

Tu es, lili, la fraîcheur incarnée, et par ces temps de canicule, une bénédiction ! Merci à toi.


Message de lili

Merci beaucoup Daniel Luttringer pour cette exquise lecture, qui m'a tout de suite donné envie de boire la jatte pleine de lait, de manger la miche de pain bis et la corbeille toute lourde d'amandes et de cerises ! Et mon repas n'eut pas lieu à ma table, dans mon assiette et mon verre, mais dans votre voix ! Je vous souhaite une agréable journée enluminée d'un soleil que je vous aurai chaleureusement envoyé ! lili (✿•‿•)


Message de Daniel Luttringer

Votre commentaire est en lui-même une poésie, Chrismarie ! Merci à vous.


Message de Chrismarie

J'aime, oh oui j'aime beaucoup cette simplicité champêtre ou un nouveau Daniel nous ouvre une porte. Une campagne verdoyante pleine de fleurs et de fruits et qui dans l'heure anéantit la sécheresse. Celle d'une nature qui, tout autour de nous, se meure d'inquiétude. Alors revient sur nos tables la couleur de ce pain bis et l'odeur du four à pain qui veille depuis tant de siècles. Et ce cœur, inlassablement, qui frémit aux moindres exigences de sa propre nature. Quel bonheur, Daniel de vous retrouver! Cette poésie est pleine de rosée et nous désaltérera cette journée…..


Message de Daniel Luttringer

Une fois n'est pas coutume, une petite incursion dans cette poésie délicatement champêtre...! Merci, Claude.


Message de claude Fée

Magique !


Ajouter un commentaire



Tous les commentaires sont bienvenus, bienveillants ou critiques (mais constructifs), sauf ceux qui mettraient en concurrence les donneurs de voix entre eux. Le cas échéant, ceux-là ne seraient pas publiés.

Pseudo :




Disponible sur Google Play

Nouveautés



> Toutes les nouveautés

SOUTENEZ-NOUS


Soutenez nous sur typeee

Les Auteurs les plus lus


Abrantès - Achard - Ackermann - Ahikar- Aicard - Aimard - ALAIN- Alberny - Allais - Andersen - Anonyme- Apollinaire - Arène - Assollant - Aubry - Audebrand - Audoux - Aulnoy - Austen - Aycard - Balzac - Banville - Barbey d aurevilly - Barbusse - Baudelaire - Bazin - Beauvoir - Beecher stowe - Bégonia ´´lili´´ - Bellême - Beltran - Bentzon - Bergerat - Bernard - Bernède - Bernhardt - Berthoud - Bible- Bizet - Blasco ibanez - Bleue- Boccace- Borie - Bourget - Boussenard - Boutet - Bove - Boylesve - Brada- Braddon - Bringer - Brontë - Bruant - Brussolo - Burney - Cabanès - Cabot - Casanova- Cervantes - Césanne - Cézembre - Chancel - Charasse - Chateaubriand - Chevalier à la Rose- Claretie - Claryssandre- Colet - Comtesse de ségur- Conan Doyle - Coppee - Coppée - Corday - Corneille - Courteline - Darrig - Daudet - Daumal - De nerval - De renneville - De staël - De vesly - Decarreau - Del - Delarue mardrus - Delattre - Delly- Delorme - Demercastel - Desbordes Valmore - Dickens - Diderot - Dionne - Dostoïevski - Dourliac - Du boisgobey - Du gouezou vraz - Dumas - Dumas fils - Duruy - Duvernois - Eberhardt - Esquiros - Essarts - Faguet - Fée - Fénice- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flat - Flaubert- Fontaine - Forbin - Alain-Fournier- France - Frapié - Funck Brentano - G@rp- Gaboriau- Gaboriau - Galopin - Gautier - Geffroy - Géode am- Géod´am- Girardin - Gorki - Gréville - Grimm - Guimet - Gyp- Hardy - Hawthorne - Hoffmann - Homère- Houssaye - Huc - Huchon - Hugo - Irving - Jaloux - James - Janin - Kipling - La bruyère - La Fontaine - Lacroix - Lamartine - Larguier - Lavisse et rambaud- Le Braz - Le Rouge - Leblanc - Leconte de Lisle - Lemaître - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesclide - Level - Lichtenberger - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- Lys - Machiavel - Madeleine - Magog - Maizeroy - Malcor - Mallarmé - Malot - Mangeot - Margueritte - Marmier - Martin (qc) - Mason - Maturin - Maupassant - Mérimée - Mervez- Meyronein - Michelet - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Moinaux - Molière- Montesquieu- Mortier - Moselli - Musset - Naïmi - Nerval - Orain - Orczy - Ourgant - Pacherie - Pavie - Pergaud - Perrault - Poe - Ponson du terrail - Pouchkine - Proust - Pucciano - Pujol - Racine - Radcliffe - Ramuz - Reclus - Renard - Richard - Rilke - Rimbaud - Robert - Rochefort - Ronsard - Rosny aîné - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Sacher masoch - Sade - Saint victor - Sainte beuve - Sand - Sazie - Scholl - Schwab - Schwob - Scott - Shakespeare - Silion - Silvestre - Steel - Stendhal- Stevenson - Sue - Suétone- T. combe- Tchekhov - Theuriet - Thoreau - Tolstoï (L) - Tourgueniev - Trollope - Twain - Valéry - Vallès - Van offel - Vannereux - Verlaine - Verne - Vidocq - Villiers de l´isle adam- Voltaire- Voragine - Weil - Wells - Wharton - Wilde - Wilkie Collins- Zaccone - Zola Zweig -

--- Liste complète