general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration: Les trains - Henry Bataille

Les trains

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Sabine
Livre audio de 03min
Fichier mp3 de Mo

642 - Téléchargements - Dernier décompte le 24.08.19




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 



Musique : Bruitage train http://www.universal-soundbank.com/

Illustration Sabine Huchon


Henry Bataille est un dramaturge et poète français, né à Nîmes le 4 avril 1872 et mort le 2 mars 1922 à Rueil-Malmaison, dans sa propriété du « Vieux Phare ».

 LES TRAINS Les trains rêvent dans la rosée, au fond des gares… Ils rêvent des heures, puis grincent et démarrent… J'aime les trains mouillés qui passent dans les champs, Ces longs convois de marchandises bruissant, Qui pour la pluie ont mis leurs lourds manteaux de bâches, Ou qui dorment la nuit entière dans les garages… Et les trains de bestiaux où beuglent mornement Des bêtes qui se plaignent au village natal… Tous ces grands wagons gris, hermétiques et clos, Dont le silence luit sous l'averse automnale, Avec leurs inscriptions effacées, leurs repos Infinis, leurs nuits abandonnées, leurs vitres pâles… Oh ! le balancement. des falots dans l’aurore !… Une machine est là qui susurre et somnole…   

 Une face se montre et relaisse le store… Et la petite gare où tinte une carriole… Belloy, Sours, Clarigny, Gagnac et la banlieue… Oh ! les wagons éteints où l’on entend des souffles ! La palpitation des lampes au voile bleu… Le train qu’on croise et qui nous dit qu’il souffre, Tandis que nous fronçons le sourcil dans nos coins, Et nous laisse étonnés de son prolongement… Oh ! dans la halte verte où l’on entend les cailles, Le son du timbre triste et solitaire !… Et puis Les voies bloquées avec au loin un sifflet qui tressaille, Les signaux réguliers dans le dortoir des nuits… Des appels mystérieux que l’on ne comprend pas… Et, — oh ! surtout ! — après des bercements sans fin, Où l’âme s’est donnée comme en une brisure, L’entrée retentissante, avec un bruit d’airain, De tout l’effort joyeux et bondissant du train, Dans les grandes villes pleines de murmures !… C’est là que vient se casser net le pur rayon Qui m’a conduit d’un rêve à l’autre par le monde, Rails infinis, sous le beau clair de lune et les fourgons, A qui j’ai confié l’amertume profonde De tous mes chers départs et tant d’enchantements…

 J’aime les trains mouillés qui passent dans les champs.

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons BY (attribution) SA (Partage dans les mêmes conditions).


Commentaires :


Message de lucho williams

Deseo el libro para poder escucharlo con mis estudiantes


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :





Sites à visiter


Site de sabine
Disponible sur Google Play

Nouveautés


Les Auteurs les plus lus