general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration: Le rire assassiné - Sabine Huchon

Le rire assassiné


Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Sabine
Livre audio de 07min
Fichier mp3 de 6,3 Mo

754 - Téléchargements - Dernier décompte le 17.10.18




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Inviter
un(e) ami(e)
Signaler
une erreur
Commentaires
 



Musique : Clear Waters;Fairytale Waltz;Forgotten Dreams-Anderson:http://incompetech.com/music/royalty-free/
Rires fillette: http://www.universal-soundbank.com/
 
Illustration d'après https://pixabay.com/ Domaine public


Sabine Huchon

Le rire assassiné

Je baguenaudais dans les rues, comme tous les soirs, espérant trouver enfin le sommeil en rentrant. Cependant cette soirée ne serait pas comme les autres. Je le sentais : le temps était doux, or je frissonnais. Un mauvais pressentiment ? Cependant je n'avais pas peur.

Pourtant je ne me trompais pas. Les gyrophares m’attirèrent. La police, les badauds, tout le monde s’affairait dans la rue des Fraîches Femmes, un coupe-gorge très sombre plutôt qu’une rue, dont le nom m’a toujours fait sourire. J’imagine qu’à l’époque, les hommes comme moi s’y aventuraient souvent.

En approchant, j’entendais les curieux :

— Un rire a encore été étranglé.

— C’est le troisième cette année.

Les policiers étaient aux 400 coups. On appelait des renforts, on installait des barrières, des rubans, on cherchait le préfet partout.

— Jamais là quand on a besoin de lui, celui-là.

— M. le Préfet devait aller au théâtre, ce soir.

— Je m’en fous ! Allez me le chercher.

— Et les secours? Pourquoi ne sont-ils pas encore arrivés? On va le perdre!

Discrètement, je me suis faufilé. La victime hoquetait encore au moment où je suis arrivé près d’elle. Personne ne fit attention à moi, tous trop affairés à courir partout et nulle part, à aboyer des ordres :

— Bouclez-moi le quartier.

— Poussez-vous, reculez, laissez la police faire son travail.

— Fouillez tout le quartier.

J’ai pris délicatement le rire agonisant au creux de ma main, je l’ai mis bien au chaud au fond de ma poche, et je suis reparti comme je suis venu. Comme invisible aux yeux des autres.

Je suis rentré d’un pas vif, tel un coupable en cavale: sans courir, afin de ne pas me faire remarquer, mais poussé dans le dos par on ne sait quelle pulsion qui vous fait accélérer malgré vous. Une fois à la maison, j’ai hâtivement bouclé la porte, fermé les volets. Il était tant de m’occuper du rire. Je l’ai sorti avec mille précautions de ma poche, et l’ai installé confortablement au bord de mes lèvres.

Dès les premiers jours, à force d’attention et d’amour, il entama sa guérison. Il était devenu mon obsession. Je passais un temps incalculable à le soigner.

Toutefois j’en fus récompensé. Les premières semaines il s’exprima au travers d’un timide sourire sur mes lèvres. Au fil de son rétablissement, il devint plus hardi, je me surprenais même parfois à rire doucement. Tous les jours il me félicitait de ne pas l’avoir laissé aux mains de la police qui le laissait mourir sur le trottoir au lieu de le sauver.

Les premiers temps où j’avais recueilli le rire agonisant, j’avais eu peur. Les journaux titraient :

« TOUTES LES POLICES MOBILISEES »

« QUI EST LE VOLEUR DE RIRE ? »
« LE VOLEUR EST-IL L’ASSASSIN ? »

 

Je sortais déguisé des pieds à la tête. Je changeais de boulanger, de buraliste, de bistrot. Je ne voyais plus du tout les quelques amis que je fréquentais de loin en loin. A peine répondais-je au téléphone. Ces gens qui me connaissaient, j’avais peur qu’ils ne remarquent le sourire au bord de mes lèvres, moi qui n’en avais jamais eu.

 

Néanmoins, au fil du temps, mes angoisses s’atténuèrent et un matin, je rouvris mes volets, laissant à nouveau enter la chaleur et la lumière du soleil. Les journaux ayant fait leurs choux gras de l’affaire, ne publiaient plus aucun article. Pas même un petit encart en bas de page. La lassitude, l’usure. L’enquête était au point mort.

 

Trois mois écoulés, je ne cessais plus de me regarder dans le miroir: mon visage avait changé. Il était devenu vivant, gai. Rieur, en somme. Le rire, entièrement rétabli, avait migré au fond de ma gorge; moi j’avais retrouvé le goût de la vie, l’envie de parler, de sortir, de travailler. A ma grande joie, régulièrement le rire s’élevait, incontrôlable. Je riais de tout et de rien.

 

Mais un dimanche matin, il resta longuement silencieux avant de m’adresser enfin la parole:

— Je suis entièrement guéri, désormais. C’est grâce à toi. Je t’en suis infiniment reconnaissant et je te remercie. Mais je dois poursuivre mon chemin. Une jeune fille m’attend. Celle chez qui je me rendais quand un inconnu a tenté de m’étrangler.

Je n’eus pas même l’occasion de répondre. J’aurais voulu prier, le supplier.

Alors je levais les yeux vers le miroir. J’avais beau me forcer, tenter de relever le bord de mes lèvres, il était déjà parti. Comme par un coup de baguette magique. Ne me laissant que des larmes au bord des lèvres.

 

La police a coincé l’assassin. Aujourd’hui, il est derrière les barreaux. On ne découvre plus de rire assassiné au bord d'un trottoir. Non. Mais désormais les rires disparaissent insidieusement. Où? Comment? On l'ignore. Dans la rue, au comptoir des bars, sur les marchés, on s’indigne à nouveau :

— Ils n’ont pas attrapé le bon assassin, comme d’habitude.

— Monsieur le Préfet, rendez-nous nos rires !

— Que fait la police ?

— Mais où sont passés les rires?

Moi j’ai la réponse à leurs questions : quand je croise un rire, je le prends dans le creux de ma main. Mais je ne le range plus précieusement au fond ma poche. Oh non… Surtout quand je le croise dans une gorge déployée. Je serre le poing très fort et je finis ma promenade tranquillement. Une fois rentré, j’épingle mes trophées au mur, les uns à côté des autres, comme des papillons. Pour ne plus qu’ils s’envolent. Alors, je m’en désintéresse. Je les laisse agoniser, mourir.

 

Sauf les rires méchants, les rires ironiques, les rires moqueurs. Je les place délicatement sur mes lèvres.

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons BY (attribution) SA (Partage dans les mêmes conditions).


Commentaires :


Message de Anonyme

très simpatique merci!


Message de Fred

Sabine est absente quelques semaines pour réparer son genou mais elle devrait revenir cet été.


Message de Cool

Voilà longtemps que Sabine n'a rien enregistré et ce n'est pas son habitude. Nous a-t-elle quitté ? Ce serait plus que dommage...


Message de Compreneuse

Ben moi j'ai compris du 1er coup que c'est pas le même !


Message de Anonyme

je dois dire que ce récit est vraiment très intriguant... Il m'a beaucoup plu ? je le relirai car je ne suis pas sûre? « mais est-ce lui, le voleur de rire, l?Assassin ? »


Message de Christina

Très chouette! J'en ai beaucoup à donner, qui en veut ?
Merci Sabine !


Message de Carlina

Vous avez tous les talents, chère Sabine !


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :





Sites à visiter


Site de sabine
Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Les Auteurs les plus lus


About - Abrantes - Achard - Ackerman - Ahikar- Aicard - Aimard - Alexandre - Allais - Amnesty International- Anatole France- Andersen - Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Arène - Assollant - Aulnoy- Aulu gelle- Austen - Baillon - Balzac - Banville - Barbara - Barbey d aurevilly - Barrios - Barry - Baudelaire - Baure - Bazin - Beauclair - Beaumarchais- Beauvoir - Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bergerat - Bernardin de Saint Pierre - Bible- Billot - Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Bove - Boylesve - Brontë - Bruant - Brunet - Buchan - Burney - Canel - Catherine H- Champfleury- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Chevalier - Chevalier à la Rose- Choderlos de Laclos - Chtchédrine - Cicéron- Claretie - Colet - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Comtesse de ségur- Comtesse de ségur - Conan Doyle - Contes médiévaux- Coppee - Corneille - Cotard - Coudrier - Courteline - Crevel - Cros - Cuomo - Curwood - D´holbach- Dandurand - Dantin - Daudet - De condorcet - De gouges - De Heredia - De laveleye - De nerval - De pawlowski - De renneville - De staël - De vesly - Del - Delattre - Denon - Des tilleuls - Desbordes Valmore - Descartes - Desnos - Deulin - Dickens - Diderot - Dionne - Domergue - Dostoïevski - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Duruy - Eberhardt - Elidée- Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Essarts - Fabre - Faguet - Fedydurke - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flat - Flaubert- Fleury - Florian - Foa - Focillon - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- France - Frechette - Fredleborgne - FrihD - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gaskell - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Glardon - Godwin - Gogol - Gozlan - Gréville - Grimm - Gyp- Hache - Hawthorne - Hérédia - Hodja - Hoffmann- Hoffmann - Homère- Houssaye - Huchon - Hugo - Ista - James - Jammes - Jost - Kardec - Karr - Kipling - Kokovtsov - L´epinay - La Fontaine - La rédaction- Lacroix - Lamartine - Lancourt - Le Braz - Le Rouge - Le Saint - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Lemonnier - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Level - Lévêque - Lewis - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- M.B.- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Mallarmé - Malot - Margueritte - Marivaux- Marmier - Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mistral - Moinaux - Molière- Montaigne- Montesquieu- Moreau - Mouton - Muller - Musset - Musset - NaÏmi - Nerincx - Nicloux - Noailles - Nodier - Normand - Orain - Ouida- Ourgant - Pavie - Pelletier - Pergaud - Perrault - Pichler - Poe - Polo - Pouchkine - Proust - Racine - Radcliffe - Ramuz - Rémy- Renard - Retbi - Richepin - Rilke - Rimbaud - Rod - Rodenbach - Rolland - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Sainte beuve - Sainte croix - Samain - Sand - Schnebelen - Scholl - Schwob - Scott - Sénèque- Shakespeare - Silion - Silvestre - Stendhal- Stevenson - Sue - Summer - Syhemalik- Theuriet - Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Trollope - Twain - Valery - Valéry - Vallès - Vannereux - Verhaeren - Verlaine - Verne - Vicaire - Vigny - Villiers de l isle adam- Vogue (de) - Voltaire- Voragine - Wells - Wharton - Wilde - Zaccone - Zola

--- Liste complète