general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration: Le noël du Moblot - Louis Gouget

Le noël du Moblot

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Sabine
Livre audio de 19min
Fichier mp3 de 17,1 Mo

506 - Téléchargements - Dernier décompte le 21.04.19




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 






GOUGET, Louis (1877-1915) 

 

Le Noël du Moblot (1911).



 

Si vous avez connu Duval, dit le Moblot, ce grand chat maigre, garde-chasse de son métier et qui faisait si bien le « pied » au matin des battues, si vous l'avez connu, et que vous ayiez un minimum de littérature, je suis sûr qu'il vous évoquait, comme à moi, la sympathique figure de don Quichotte, l'ingénieux hidalgo de la Manche - Non qu'il eût combattu les moulins à vent, il était trop sensé pour cela, non qu'il se fût amusé à crever des outres, pour en répandre le vin, il avait trop grand respect de la « purée septembrole ». Mais sa haute taille, sa figure osseuse, ses manières de rodomont et sa vantardise en faisaient une assez fidèle copie du maître de Sancho Pança - s'il tenait par sa prestance du XVIe siècle, il en tenait aussi pour son appétit. Rarement vîtes-vous mangeur plus solide que Duval le Moblot. - Dès son jeune âge, alors qu'il était petit valet, il ne rassasiait point. - Il ne connaissait pas son appétit. - « J'ai-ti bientôt assez mangi, moussieu ? » demandait-il à son patron. - Si celui-ci ne lui eût pas répondu vite, Duval eût dévoré toutes les galettes de sarrasin et je ne sais s'il eût laissé en repos la tuile et le gril. Un jour, il avait dix-huit ans, il paria à la Saint-Clément, du Plessis-Grimoult, qu'il mangerait un gigot tout entier et gagna son pari ; une autre fois, il dévora un dindon, etc. - Si je voulais vous raconter tous ses exploits pantagruéliques, je n'en finirais - qu'il vous suffise de savoir qu'il naquit aux environs de Saint-Rémy-sur-Orne, pays où l'estomac des gens est comme le sous-sol, bardé de fer. - Man pouar' Auguste, disait sa mère effrayée d'avoir à donner la becquée à un ogre semblable, comment qu'tu f'ras quand tu seras soldat ».

Le fait est qu'une maigre gamelle devait sembler pitance légère à un homme de la complexion de notre ami - Hélas, il ne l'eut même pas toujours la maigre gamelle, car il fit son temps de service à un moment où les moins affamés périssaient d'inanition.

Il atteignit ses vingt ans lors de la guerre et suivit les mobiles du Calvados à l'armée de Chanzy. - Certainement Duval n'était pas un capon et il fit son devoir tout comme un autre, mais, bon dieu, qu'il souffrit de la faim - « Ah mes bonnes gens, disait-il invariablement, quand après avoir fait le « pied », il s'attablait, au déjeuner de chasse et coupait à la miche un gros chanteau de pain - ah mes bonnes gens, si j'avions eu cha en soixante-dix - et alors sans désemparer il nous contait les misères de cette époque : - à Dreux, il avait mangé du cheval, à Marchenoir des pommes de terre gelées, à Nonancourt, il avait découvert un bifteck, mais une panique imbécile le lui fit laisser sur le gril. A Sillé-le-Guillaume, il était tellement harassé qu'il s'était étendu en pleine neige et n'avait rien goûté pendant plus de trente heures, - à Fréteval, il s'était battu comme un lion ; à la suite des fusiliers marins du commandant Collet qui paya cet exploit de sa vie, il avait traversé le pont, repoussé les Prussiens à la baïonnette et pénétré dans la ville - après un tel effort, il espérait bien diner ce jour-là. « Ah ouiche, les Prussiens avaient mangé tout, ni pain, ni viande, ni poisson, ils n'avaient rien laissé - ah les goulus ! Je dus encore, ce jour-là, danser devant le buffet. - « Je vois, mon pauvre Duval, que cet exercice vous était familier, lui disais-je pour le mettre en verve, et que si, grâce à Dieu, vous vous êtes rattrapé depuis, il ne vous reste aucun souvenir de joyeuse ripaille, durant cette lamentable épopée de l'armée de la Loire. - Ah non pour sûr - pourtant si, un jour, je peux dire que j'en ai pris tout mon « sâ », mais jusque-là et que ça ne m'a pas coûté cher.

- Vraiment ! contez-nous cela, Moblot, tranquillement, tout en cassant la croûte. N'oubliez pas le proverbe « Brebis qui bêle perd sa goulée » - Je ne l'oublie pas, messieurs, pas plus que je n'oublierai jamais les détails de l'histoire que je vais vous raconter.

« C'était la veille de Noël 1870. - Notre bataillon était aux environs du Mans et ma compagnie cantonnait dans un village, dont ni mes camarades, ni moi, n'avons jamais exactement le nom - nous étions du reste fort mal tombés - nous logions, si on peut appeler cela loger, dans une malheureuse ferme, pauvre d'aspect, appartenant à un individu de mauvaise mine et de nom significatif : il s'appelait Rétif. Je vous jure que ce nom lui allait bien et que sa figure, chafouine et rose, aux lèvres pincées, n'était pas trompeuse - c'était l'avare le plus dur que j'aie connu - Nos vêtements étaient usés, nous étions pieds-nus, nous grelottions, lamentables - cela ne lui faisait pas pitié - Il fallait tout lui arracher - « Dites, maître Rétif, donnez-nous au moins quelques bourrées. » - « Je n'en ons point. » - Allez nous chercher un verre de cidre, on vous payera. » - « J'n'en ons point. » - « Laissez-nous prendre une botte de paille pour nous coucher. » - « J'en ons si peu. » Toujours la même chanson ; à tel point que pour puiser de l'eau à son puits, nous fûmes obligés de le menacer de la corde. - C'est une honte et pourtant ce « vieux quien » ne manquait de rien. - Il avait notamment sous un tas de bourrées deux tonnes d'excellent cidre. - Nous l'avons su depuis, d'une drôle de façon. - Un de nos camarades, un nommé Barbeau, se trouvait ivre tous les soirs. Dans le dénuement complet où nous étions, cette pistache journalière était pour nous un problème : Barbeau avait beau dire, la langue pâteuse : « c'est le froid » nous n'y croyions rien, - Il nous avoua plus tard avoir découvert la cachette de Rétif : il n'avait rien ébruité, mais à la nuit tombante, il introduisait un fêtu par la bonde et se régalait en faisant semblant de dormir. - Ce n'était pas bête et ma foi voler notre hôte c'était pain bénit. Ne m'en veuillez pas, si je vous trace si longuement la figure de cet individu. Je ne me souviens jamais de lui sans colère, et d'ailleurs, il est juste qu'un pingre de cette espèce, qui refusait un verre de cidre à de malheureux soldats, soit flétri, par de bons Français, comme vous. »

- « Nous le flétrissons de grand coeur, Moblot, mais hâte-toi, le soleil monte à l'horizon et comme chante Paul Harel :

« Piqueux, la voie
Nous met en joie
Prends ton limier -
Au bois, sois le premier. -

- Achève ton histoire, si tu veux que nous ne fassions pas buisson creux.

- « Vous pouvez servir le café, messieurs. Le temps qu'il refroidisse et mon histoire sera terminée. Vous vous imaginez aisément les tristes réflexions qui nous venaient à l'esprit, tandis que le ventre creux, couverts de vrais haillons, et les pieds dans la neige, nous rôdions comme des ombres dans la cour peu hospitalière de Rétif.

« - Triste Noël, hein ! me disait Robillard, un pays que je n'avais pas quitté depuis le commencement de la campagne - ce n'est pas cette année qu'on va chanter le « læta voce » à la messe de minuit. - Je crois bien que nous ne coulinerons guère et qu'on n'entendra pas grand monde dire :

« Taupes et mulots
Si tu restes dans mon clos,
J'te brûle la barbe et l's'os. »


Ce rappel des coutumes tant aimées de mon pays de Cinglais me mit les larmes aux yeux et je dis tout penaud « Si seulement, on pouvait réveillonner. »

- Réveillonner, mes gars, dit notre sergent qui avait toujours le mot pour rire, bien qu'il souffrît comme nous et qu'il ait laissé à la maison une toute jeune femme ! réveillonner et avec quoi, avec du pain et du sec, comme on dit chez nous. »

- Ça dépeint, sergeint, dit derrière nous, une voix dont l'accent n'avait rien de Calvadosien et que nous prîmes d'abord pour la voix de Rétif… cà dépeint - nous nous retournâmes et vîmes un paysan sarthois, costumé comme notre hôte, mais dont la figure avenante et futée contrastait singulièrement avec la sienne ! il tenait sa casquette à la main et, à son air, nous devinâmes qu'il avait une communication intéressante à nous faire.

« - Que voulez-vous, mon vieux, lui dit le sergent, vous pouvez parler devant les camarades, il n'y a pas de bleus ici, allez-y.

Le paysan toujours méfiant, nous tira quelque peu à l'écart en nous prenant par nos vareuses et regardant autour de lui, par précaution, voici ce qu'il nous dit :

- Ainsi, sergent, vous n'avez pas de quoi réveillonner cette nuit.

- Rien n'est hélas plus vrai, répartit le sergent.

- Eh bien si vous êtes un homme courageux et qu'une vingtaine de vos camarades veuillent vous suivre, vous pouvez être certain de trouver une table garnie.

- Et où cela ?

- A quelques kilomètres d'ici.

- Pour moi, intervins-je - s'il faut seulement faire quelques kilomètres pour réveillonner, bien qu'il neige comme du chien, j'y vais avec votre permission, sergent,

- Il ne s'agit pas seulement de faire quelques kilomètres, poursuivit le paysan, en secouant la tête ! m'est avis qu'il faudra ventié ben ! se battre : car si la table est servie, elle ne l'est point à votre intention, mes gars, et si vous voulez vous y asseoir il faudra gagner vos sièges, à la pointe des baïonnettes ». - Il expliqua que le matin une vingtaine de houzards de la Mort, sabre au clair, avaient envahi sa ferme - qu'à force de menaces, ils avaient eu raison de lui - qu'ils l'avaient contraint à préparer pour le soir un plantureux réveillon ! toutefois, comme à leur tête se trouvait un sous-officier bien élevé, on lui avait donné quelque argent en dédommagement et on l'avait invité à la table commune - pour sabler comme il disaient le « Jambagne ». - « Mais, plutôt que de trinquer avec ces houzards j'aimerais mieux crever de soif et comme le coeur me saignait à la pensée que mes poulets serviraient à nourrir ces gueux, j'ai résolu de leur jouer une bonne farce et prenant mon gourdin, j'ai fait une lieue, ai demandé où cantonnaient les soldats français et suis venu droit à vous.

- Vous êtes un bon type, dit le sergent très ému, votre invitation me plaît, et ma foi, je ne dis pas non.

- Et moi je dis oui, avec votre permission, sergent, m'écriai-je car la langue m'affriolait et plutôt que de laisser à d'autres les poulets rôtis dont le fumet montait en imagination à mes narines, j'aurais bravé le brasier de l'Enfé.

Ma décision entraîna le sergent qui promit au paysan de répondre à son appel.

- « Je me trouverai donc vers huit heures à quelques pas d'ici dit le brave homme, réunissez vingt de vos mobiles et je vous conduirai. »

Je vous jure que les vingt hommes ne furent pas long à trouver, car si ventre affamé n'a pas d'oreilles, il doit avoir jambes agiles et bras courageux. - Je serais pendu pour vous dire les noms des vingt convives. - Tout ce que je sais, c'est qu'avec Robillard, moi et Barbeau, il y avait un parisien égaré parmi nous et qui à la demande du sergent avait répondu « Ça colle » et aussi le père Cachelou que vous connaissez tous, Cachelou, dit teurte-gambe, dit le blaireau, qui dès ce temps là, roulait déjà en marchant.

Nous partîmes à l'heure dite, le paysan servant de guide, et teurte-gambe fermant en boîtaillant la colonne. Pour étouffer le cliquetis des fourreaux de baïonnettes nous les tenions de la main gauche - quant au bruit de nos pas on eût été empêché de les entendre, attendu que depuis la moitié de la campagne, nous étions pieds nus.

Nous marchions environ depuis une demi-heure, quand notre guide dit : « Regardez, c'est là ! » - Nous vimes en effet, à quelque distance, des fenêtres éclairées et nous entendîmes une bordée de rires. - « Diable, ne pus-je m'empêcher de dire un peu haut, s'ils rient et parlent si fort, ils n'en sont point au potage et nous n'aurons mais que les restes.

- Silence, dit le sergent légèrement fâché, pas de bruit et effaçons-nous le long du mur.

- Oui, le long du mur, dit le guide fort bas, car au milieu de la cour il y a une mare de purin grossie par les pluies. - Ils sont bien là, continua-t-il, car leurs chevaux emplissent mon écurie et ils les ont sellés tout près, pour repartir au plus tôt.

- Ce serait chouette, laissa échapper le parisien, de couper les sangles ou les guides de leurs canassons, ce qu'ils en feraient une té-terre les alboches.

- Oui dit le sergent, c'est une bonne idée, mais attention au garde d'écurie.

Par bonheur le garde d'écurie dormait, saoul de cette ivresse allemande, lourde et sinistre comme la mort. Le parisien, Robillard et moi nous entrâmes dans l'écurie et coupâmes les sangles et les guides de cinq chevaux. Mais, au sixième, le garde d'écurie qui rêvait sans doute, eut un grognement qui d'un bond nous jeta à la porte.

- Allons, dit le sergent, assez de babeluses et droit au festin.

Une seconde après, nous étions tous en groupe, retenant notre souffle, fusil en main et baïonnette au canon à la porte de la salle où les houzards riaient à gorge déployée - choquaient leurs verres. - « Prosit ». - D'un coup de crosse la porte sauta et nous envahîmes le local. - « Bonsoir, messieurs, dit le sergent. - C'est pas chic de réveillonner sans nous, dit le parisien. « Je ne sais ce que marmottèrent les houzards : - « Mac-Sehanc, petetin, petetin, petetac ! » - car je ne sais pas l'allemand. - En tout cas, ils n'étaient pas fiers et se voyaient perdus, attendu que pour javailler mieux, ils avaient ôté leurs armes. - « Que personne ne bouge, dit le sergent, vous êtes tous prisonniers. »

- Si vous croyez cela, vous avez compté sans votre hôte, répondit en excellent français, un grand houzard à jolie moustache blonde, que je pris pour le maréchal des logis de la troupe, - et en moins de temps qu'il en faut pour le dire, il fit sauter les carreaux et s'enfuit par la fenêtre suivi de tous les autres.

- « Arrêtez-le, dit le sergent. » - Mais impossible : car en rôdant je ne sais comment, Cachelou, dit teurte-gambe, dit le blaireau, avait avec le bout de sa baïonnette renversé la lampe et nous n'y voyions goutte. - Nous attendîmes donc, anxieux, dans les ténèbres risquant de nous embrocher les uns les autres que les houzards revinssent. Mais ils ne revinrent pas. - A la fin le sergent allait nous inviter à nous mettre à table ; quand nous entendimes au dehors un clapotement indicible et des appels désespérés - à la lueur de la lampe, victime de Cachelou et enfin rallumée par le paysan, nous distinguâmes cinq individus, cinq houzards qui pataugeaient à qui mieux mieux dans la mare. Voici ce qui s'était passé - vous vous souvenez que nous avions coupé les sangles de cinq chevaux - Dès que leurs cavaliers les eussent montés d'un bond, sans toucher aux étriers, les chevaux, livrés à eux-mêmes gagnèrent l'abreuvoir. - Mais à peine baissèrent-ils le cou que les houzards piquèrent une tête dans l'eau, au risque de se noyer ; empêchés qu'ils étaient par leurs selles, leurs colbacks, leurs sabre-taches.

Parmi eux se trouvait le maréchal des logis. - « Parbleu, lui dit notre sergent, cette fois vous êtes notre prisonnier. - J'aurais mauvaise grâce à ne pas le reconnaître, répondit l'autre qui décidément savait vivre. »

- Cela nous fait cinq prisonniers.

- Hélas, cela en fait six en comptant notre garde d'écurie - il est saoul comme une grive, mais c'est un Polonais, ce n'est pas drôle.

- Tandis que sous bonne garde, nos houzards légèrement grognons se séchaient dans la cuisine, nous attaquâmes les poulets un peu cuits, mais à la guerre comme à la guerre.

Le sergent eut une idée : « Si nous invitions le maréchal des logis. Pourquoi pas ? - « Monsieur, lui dit-il, vous plairait-il de trinquer avec nous : vous avez payé le festin, il est équitable que vous en ayiez votre part. - « Comment donc, fit le houzard, on ne refuse jamais de boire avec des braves, et ma foi vous êtes des braves - »,

Tout se passa donc le mieux au monde et le champagne nous donnant une douce gaieté, Cachelou, qui avait une superbe basse-taille entonna le « Minuit Chrétien ».

- Sa voix grondait si fort qu'elle eût sûrement cassé les vitres : mais elles l'étaient déjà de la façon que j'ai dite.

Eh bien, messieurs, conclut le moblot, croyez-moi si vous voulez, ce réveillon me regaillardit pour toute la campagne. - C'est au souvenir de ce joyeux festin que je me battis vaillamment à Touvois où je fus blessé et où tomba glorieusement le capitaine le Pipre. - Aujourd'hui encore, tenez, rien que d'y penser, cela me donne des jambes - allons, messieurs, nous allons faire une bonne chasse : partons, il est temps, les chiens s'impatientent.

- Allons ! paix là, Ravissante, paix là, Rouflot, paix là, Amiral - on y va, mes loulous !

Août 1911.

 

 
Source: http://www.bmlisieux.com/

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons BY (attribution) SA (Partage dans les mêmes conditions).

Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :





Sites à visiter


Site de sabine
Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Les Auteurs les plus lus


About - Abrantes - Achard - Ackerman - Ahikar- Aicard - Aimard - Alexandre - Allais - Amnesty International- Anatole France- Andersen - Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Arène - Assollant - Aulnoy- Aulnoy - Aulu gelle- Austen - Aycard - Baillon - Balzac - Banville - Barbara - Barbey d aurevilly - Barrios - Barry - Baudelaire - Baure - Bazin - Beauclair - Beaumarchais- Beaunier - Beauvoir - Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bentzon - Bergerat - Bernanos - Bernard - Bernardin de Saint Pierre - Bible- Billot - Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Bove - Boylesve - Brada- Bringer - Brontë - Bruant - Brunet - Buchan - Burney - Canel - Catherine H- Champfleury- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Chevalier - Chevalier à la Rose- Choderlos de Laclos - Chtchédrine - Cicéron- Claretie - Colet - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Comtesse de ségur- Comtesse de ségur - Conan Doyle - Contes médiévaux- Coppee - Corneille - Cotard - Coudrier - Courteline - Crevel - Croix - Cros - Cuomo - Curwood - D´holbach- Dagorne - Dandurand - Dantin - Daudet - Daumal - De condorcet - De gouges - De Heredia - De laveleye - De nerval - De pawlowski - De renneville - De saint exupéry - De staël - De vesly - Decarreau - Del - Delattre - Demercastel - Denon - Des tilleuls - Desbordes Valmore - Descartes - Desnos - Deulin - Dickens - Diderot - Diharsce - Dionne - Domergue - Dostoïevski - Du gouezou vraz - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Duruy - Eberhardt - Elidée- Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Essarts - Fabre - Faguet - Fedydurke - Fee - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flat - Flaubert- Fleury - Florian - Foa - Focillon - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- France - Frechette - Fredleborgne - FrihD - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gaskell - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Glardon - Godwin - Gogol - Gonzales - Gozlan - Gréville - Grimm - Gualdo - Gyp- Hache - Halévy - Hawthorne - Hérédia - Hodja - Hoffmann- Hoffmann - Homère- Houssaye - Huc - Huchon - Hugo - Irving - Ista - James - Jammes - Janin - Jost - Kardec - Karr - Khayyam - Kipling - Kokovtsov - L´epinay - La Fontaine - La rédaction- Lacroix - Lamartine - Lancourt - Lao Tseu- Le Braz - Le Rouge - Le Saint - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Lehr - Lemaître - Lemonnier - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Lesclide - Level - Lévêque - Lewis - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- M.B.- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Malcor - Mallarmé - Malot - Margueritte - Marivaux- Marmier - Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mirecourt - Mistral - Moinaux - Molière- Montaigne- Montesquieu- Moreau - Mouton - Muller - Musset - Musset - NaÏmi - Nerincx - Nicloux - Noailles - Nodier - Normand - O.henry- Orain - Ouida- Ourgant - Pavie - Pelletier - Pergaud - Perrault - Pichler - Poe - Polo - Pontsevrez - Pouchkine - Prévost - Proust - Pucciano - Pyat - Racine - Radcliffe - Radiguet - Ramuz - Rémy- Renard - Retbi - Richepin - Rilke - Rimbaud - Robert - Rod - Rodenbach - Rolland - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Saint victor - Sainte beuve - Sainte croix - Samain - Sand - Schnebelen - Scholl - Schwob - Scott - Sénèque- Shakespeare - Sienkiewicz - Silion - Silvestre - Stendhal- Stevenson - Sue - Summer - Syhemalik- Theuriet - Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Trollope - Twain - Valery - Valéry - Vallès - Vannereux - Verhaeren - Verlaine - Verne - Vicaire - Vigny - Villiers de l isle adam- Vogue (de) - Voltaire- Voragine - Weil - Wells - Wharton - Wilde - Zaccone - Zola

--- Liste complète