general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration: Black christmas - Alphonse Allais

Black christmas

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Alain Bernard
Livre audio de 11min
Fichier mp3 de 9,7 Mo

529 - Téléchargements - Dernier décompte le 18.08.19




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 



Musique : Illustration musicale : ' la mer, jeu de vagues' de Claude Debussy, licence Musopen


Prologue

 

Je veux bien encore, malgré mon extrême lassitude, malgré mon

écoeurement de tout ce qui se passe en ce moment, malgré mille

déceptions de toutes sortes, je veux bien vous dire un conte de Noël.

 

Oui, mais pas un conte de Noël comme tous les autres.

 

Dans les coutumiers contes de Noël, il tombe de la neige, comme si le bon

Dieu plumait ses angelots.

 

S'il ne neige pas, dans les contes de Noël, au moins le sol est durci par le

froid et le talon des passants résonne joyeusement sur les pavés.

 

Dans mon conte de Noël de cette année, si ça ne vous fait rien, nous

jouirons d'une chaleur de tous les diables, phénomène peu étonnant quand

vous saurez que la chose se passe dans une plantation de La Havane.

 

Prologue

 

 

Le rêve d'un Nègre

 

Mathias, un superbe nègre d'origine cafre, d'une vingtaine d'années

(peut-être un peu plus, mais pas beaucoup), s'étend sur des nattes, dans un

coin de sa case, et rêve mélancholieusement.

 

C'est demain Noël, et toutes les légendes relatives à ce divin jour lui

chantent dans la tête et dans le coeur.

 

Mathias est un superbe nègre, mais c'est un nègre solitaire dont l'âme a du

vague.

 

Puis une torpeur s'empare de ses sens, et voilà qu'il rêve.

 

Ses souliers, qu'il a mis dans la cheminée (en rêve, bien entendu, car sa

case ne comporte qu'un petit poêle économique de fabrication américaine),

prennent des proportions démesurées.

 

Ses souliers se modifient également quant à leur forme, et tendent à revêtir

l'aspect d'une gondole.

 

Puis la gondole se met à voguer sur je ne sais quel lac d'amour, et c'est lui

qui la mène, lui, Mathias.

 

A l'arrière, une fine brume enveloppe comme un voile... une femme

peut-être ?

 

Oui, une femme ! Un petit zéphir de rien du tout dissipe la brume

qu'absorbe l'eau du lac, et Mathias pousse un cri.

 

Cette femme est la femme qu'il aime.

 

Le rêve d'un Nègre

 

 

La belle quateronne

 

Imaginez un bloc de porphyre qui serait café au lait clair, avec parfois des

roseurs.

 

Taillez dans ce bloc une robuste et sensuelle statue de jeune fille de seize

ans.

 

Mettez-lui d'incomptables cheveux noirs, des yeux de diamant brun, des

sourcils trop fournis qui se rejoignent presque, corrigez ce que les sourcils

ont d'un peu dur, par une grande bouche bonne fille, et le retroussement

d'un petit nez tout à fait rigolo.

 

Vous aurez ainsi obtenu Maria-Anna, la fille du planteur.

 

La belle quateronne

 

 

Ce qu'était Mathias

 

 

Mathias n'était pas le premier nègre venu.

 

Né dans la plantation d'anciens esclaves devenus fidèles serviteurs, son

intelligence et le désir d'apprendre se manifestèrent dès le jeune âge.

 

Fort ingénieux, il faisait tout ce qu'il voulait de ses doigts et des autres

parties de son corps.

 

Chimiste de première force, il découvrit la synthèse de la nicotine en

faisant chauffer, en vase clos, parties égales de chaux vive, de bouse de

vache, avec deux ou trois ronds de betterave.

 

Peu après cette découverte, il recevait les palmes académiques en

récompense de son beau travail sur l'Utilisation des feuilles de choux dans

les cigares de la régie française (1).

 

Par un contact habile et raisonné entre la feuille de chou et la feuille de

tabac, il arriva promptement à ce remarquable résultat que la feuille de

chou semblait une feuille de tabac, alors que cette dernière aurait pu

facilement être employée comme vieille feuille du noyer.

 

Si bien qu'on pouvait dire à la Feuille de chou, comme en la fable

délicieuse du poète Sâdi : «Pardon, mademoiselle, n'êtes-vous point la

Feuille de tabac ?» Ce à quoi la Feuille de chou aurait répondu : «Non,

madame, je ne suis pas la Feuille de tabac, mais ayant beaucoup fréquenté

chez elle, j'ai gardé de son parfum».

 

Ce qu'était Mathias

 

 

Le Réveillon

 

Chaque année, à la Noël (c'était une vieille coutume de la plantation), el

señor S. Cargo, le propriétaire, un mulâtre fort bel homme, réunissait à sa

table tout le personnel de l'hacienda.

 

On soupait joyeusement à la santé du petit Jésus. On mangeait, on buvait,

on trinquait, on disait des bêtises. Les personnes intempérantes avaient le

droit, en cette nuit, de s'en fourrer jusque-là, et même un peu plus haut.

 

La belle Maria-Anna présidait, et Mathias ne la perdait pas de vue.

 

Pauvre Mathias ! Son rêve de la journée lui avait mis des fourmis un peu

partout et c'étaient deux braises allumées qui lui servaient d'yeux.

 

Chaque fois que le regard de la jeune fille croisait le regard du nègre,

chaque fois ses joues divines porphyre café au lait clair rosissaient

davantage.

 

Au matin, Mathias, fortement encouragé par l'abus des liqueurs

fermentées, alla trouver le señor S. Cargo et lui dit :

 

-Maître, vous savez l'homme que je suis.

-Je le sais, mon brave ami, et je n'ai qu'un mot à te dire, le mot de

Mac-Mahon à un jeune homme de ta race : continue.

-Je continuerai, Maître, si vous me donnez Maria-Anna en mariage.

-Y songes-tu ? Toi, un nègre !

Et ce mot fut prononcé sur un tel ton que Mathias ne crut pas devoir

insister.

 

Le Réveillon

 

 

Les larmes d'un Nègre

 

Sitôt rentré dans sa case, Mathias s'affaissa sur sa couchette et, pour la

 

 

première fois de sa vie, cet homme d'ébène pleura.

Il pleura longuement, copieusement, des larmes de rage et de désespoir.

Puis une lassitude physique s'empara de lui, il désira se coucher.

 

 

Un regard jeté sur son miroir lui arracha un cri.

 

 

Ses larmes sur ses joues lui avaient laissé comme une large traînée

blanche.

Que s'était-il donc passé ?

Oh ! rien que de bien simple et de bien explicable.

Les larmes de Mathias, rendues fortement caustiques par l'excès

 

 

sodo-magnésien du désespoir, détruisaient le pigment noir de la peau, et du

rose apparaissait (2).

Trait de lumière !

 

 

Les larmes d'un Nègre

 

 

Mathias continue de pleurer

 

Mathias cacha soigneusement sa découverte à tous les quiconques de son

entourage, mais chaque fois qu'il avait une minute, il courait s'enfermer

chez lui, répandait par torrents de larmes de rage et s'en barbouillait, avec

une petite brosse, toutes les parties du corps.

 

Puis, pour écarter les soupçons, il se recouvrait de cirage bien noir, et le

monde n'y voyait que du bleu.

 

Mathias continue de pleurer

 

 

Apothéose

 

Au bout de quelques mois, Mathias était devenu aussi blanc que M.

Edmond Blanc lui-même !

 

Un an s'est écoulé.

C'est encore Noël et le réveillon. Tout le personnel se trouve rangé autour

de la table présidée par S. Cargo et sa délicieuse fille Maria-Anna.

 

 

On n'attend plus que Mathias.

 

 

Tout à coup, un élégant gentleman, col droit irréprochable, escarpins

vernis, ruban violet à la boutonnière, entre dans la salle.

Personne dans l'assistance ne le reconnaît, sauf Maria-Anna qui ne s'y

 

 

trompe pas une minute, à ce regard-là !

 

 

-Mathias, s'écrie-t-elle. Mathias ! Je l'aime !

Et elle s'écroule sous l'émotion.

El señor S. Cargo n'avait plus aucune objection à élever contre le mariage

des deux jeunes gens.

L'hymen eut bientôt lieu.

Et ils eurent tant d'enfants, tant d'enfants, qu'on renonça bientôt à les

 

 

compter !

Notes : (1) Le cigare ne se récolte pas sur les arbres, ainsi que beaucoup de

personnes se l'imaginent à tort. C'est, au contraire, un produit manufacturé

 

Apothéose

 

 

Black Christmas

 

dont la fabrication exige beaucoup d'astuce et de tact.

 

(2) Des personnes ignorantes pourront s'étonner de ce que des larmes assez

caustiques pour détruire le noir, puissent respecter le rose. Parce que, tas de

brutes, la coloration rose de la peau n'est pas due à un pigment, mais bien

au sang qu'on aperçoit par transparence.

Apothéose

 

 

PDF version Ebook ILV 1.4 (mars 2014)
Source: http://www.inlibroveritas.net/oeuvres/412/black-christmas



Commentaires :


Message de Anonyme

Une belle idee de decouvrir a allais


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :





Sites à visiter


le 16ème siecle présenté par Alain Bernard
Disponible sur Google Play

Nouveautés


Les Auteurs les plus lus