general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration: Le monsieur au parapluie - Jules Moinaux

Le monsieur au parapluie

(Extrait)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Alain Bernard
Livre audio de 03min
Fichier mp3 de 3 Mo

1000 - Téléchargements - Dernier décompte le 17.10.19




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 



Musique : Musopen : Eric Satie "Gnossiene" n°7


SOUS UNE PORTE COCHÈRE

-Ennuyeux comme la pluie-serait une comparaison juste, en certains cas,

dans la bouche des gens assommés par une mauvaise comédie, un livre

fastidieux, les gammes d'un élève pianiste, ou un raseur, s'il était prouvé

que la pluie est le type de la chose ennuyeuse au dernier point ; mais elle a

inspiré des poètes, depuis Anacréon avec l'Amour Mouillé, jusqu'à Fabre

d'Eglantine avec Il pleut, Bergère. Elle a fourni le sujet de tableaux

estimés : Le Régiment qui passe, à Detaille, et, longtemps avant lui, le

Déluge, ce chef-d'oeuvre toujours admiré au musée du Louvre. Et puis,

Paris est, pour l'amateur de pittoresque, un spectacle des plus variés. La

vue d'une impériale d'omnibus, garnie de voyageurs, les uns assis dans

l'eau, les autres debout, un parapluie à la main, est-il rien de plus

réjouissant, non pour ces infortunés, mais pour les égoïstes qui les

regardent ?

Et les assiégeants d'un omnibus en station à sa tête de ligne, au moment où

la bourrasque et «le ciel d'encre», comme dit M. Zola, annoncent l'orage

près d'éclater ! Les habitants ahuris d'une fourmilière sur laquelle on a mis

le pied, donnent à peine l'idée de la fourmilière humaine qui se précipite

vers le véhicule prêt à partir :-28 ! crie le conducteur, et un gros monsieur

bouscule tout le monde pour passer, et il a le 137. On le hue.-Voilà le 28 !

crie une dame.-29 ! crie une autre ; puis on entend : J'ai 30 ! j'ai 31, ça va

être à moi ! et la bousculade va croissant avec les larges gouttes prélude de

l'averse ; les parapluies, aussitôt, de s'ouvrir tous à la fois, les mouchoirs de

s'étaler sur les chapeaux. Et les protestations des dames ! et les jurons des

hommes ! et les cris des enfants.-Maman, je veux monter !-Faites donc

attention, monsieur, votre parapluie s'est pris dans mes cheveux.-Ne

poussez donc pas comme ça, brute !-Brute ? et une gifle de tomber sur la

joue de l'insulteur qui riposte ; on s'écarte des deux champions et la

bousculade redouble.-Complet ! crie le conducteur ; impériale à

volonté.-Imbécile ! hurle un monsieur irrité par cette facétie.

Quel poème héroï-comique !
Source: http://www.inlibroveritas.net/


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :





Sites à visiter


le 16ème siecle présenté par Alain Bernard
Disponible sur Google Play

Nouveautés


Les Auteurs les plus lus