general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu

Illustration: Frère La joie - frères grimm

Frère La joie

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Sabine
Livre audio de 26min
Fichier mp3 de 23,6 Mo

669 - Téléchargements - Dernier décompte le 20.01.19




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 



Musique :

harpe et viole : musopen.com

Illustration : Philipp Grot Johann




Frère La Joie.

 Bruder Lustig

Traduction René Bories

http://pegasus.ouvaton.org/article.php3?id_article=69

Copyleft : Toutes les traductions françaises des contes de Grimm présentées sur ce site sont des oeuvres libres vous pouvez les redistribuer et/ou les modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude ainsi que sur dÂ'autres sites.

 

 

Il y eut une fois une terrible guerre et lorsque cette guerre prit fin, de nombreux soldats furent libérés et rentrèrent chez eux. Frère La Joie fut aussi libéré avec pour tout pécule un petit pain complet et quatre Kreuzer [ ] de cuivre. Le très Saint Pierre sÂ'était installé sur le chemin déguisé en pauvre mendiant et lorsque vint le frère La Joie, il lui demanda lÂ'aumône. Celui-ci lui répondit :
"cher mendiant, que puis-je tÂ'offrir ? JÂ'étais soldat et jÂ'ai été libéré et nÂ'ai rien de plus quÂ'un morceau de pain complet et quatre Kreuzer de cuivre et comme cÂ'est tout ce que je possède, je dois mendier ainsi que toi. Mais je peux cependant te donner quelque chose."
Là dessus il partagea son pain en quatre morceaux et en offrit un à lÂ'apôtre ainsi quÂ'un Kreuzer de cuivre. Le très Saint Pierre le remercia et sÂ'éloigna. Il sÂ'installa à un autre emplacement sous un autre déguisement toujours en mendiant et lorsque le moine se fut approché à nouveau de lui, renouvella sa demande dÂ'aumône. Le frère La Joie, répéta ce quÂ'il avait déclaré plus tôt, et lui offrit un autre morceau de pain et un autre Kreuzer de cuivre. Le très Saint Pierre sÂ'éloigna à nouveau et à nouveau pour la troisième fois lui demanda lÂ'aumône. Le frère La Joie lui offrit à nouveau un autre morceau de pain et un troisième Kreuzer de cuivre. Le très Saint Pierre le remercia encore tandis que le frère La Joie sÂ'éloigna nÂ'ayant plus quÂ'un dernier quignon de pain et son dernier Kreuzer de cuivre. Il se rendit donc dans une auberge, mangea son pain et sÂ'offrit une bière avec le Kreuzer de cuivre restant. Quand il eut fini, il sÂ'en alla. Alors, vint à sa rencontre le très Saint Pierre équipé comme un soldat libéré, il lui envoya son salut camarade ! en déclarant :
"Peux-tu mÂ'offrir un quignon de pain et un Kreuzer de cuivre pour mÂ'offrir une boisson ?"
"DÂ'où pourrai-je les sortir ?" répondit le frère La Joie, "JÂ'ai reçu pour solde guère plus quÂ'un morceau de pain et quatre Kreuzer de cuivre. JÂ'ai croisé sur mon chemin trois mendiants à chacun de qui jÂ'ai donné un quartier de mon pain ainsi quÂ'un Kreuzer de cuivre. Le dernier quignon de pain je lÂ'ai mangé dans une auberge et ai bu mon dernier Kreuzer de cuivre. Maintenant je suis à sec et si toi aussi tu nÂ'as plus rien nous pouvons donc aller ensemble mendier."
"Non !" répondit le très Saint Pierre, "ce ne sera pas nécesaire, je mÂ'y entends un peu en médecine et ainsi je peux gagner autant dÂ'argent quÂ'il mÂ'en faut."
"Oui !" répondit le frère La Joie, "en cela je nÂ'y entends rien, alors je dois allez seul mendier !"
"Non maintenant, viens avec moi !", rétorqua le très Saint Pierre,
"lorsque je gagnerai quelque chose, tu en recevra la moitié !"
"Cela me convient bien !" répondit le frèe La Joie.
Ainsi partirent-ils ensemble.

Ils arrivèrent à une ferme et entendirent des cris et des hurlement terrifiants, ils se précipitèrent. Là était allongé un homme gravement malade et proche de la mort tandis que sa femme pleurait et hurlait bruyamment.
"Cessez vos hurlements et essuyez vos pleurs" la pria le très Saint Pierre, "je veux rendre la santé à votre homme." Il prit un onguent dans son sac soigna dans lÂ'instant le malade, qui put se lever sur le champ et se retrouva en pleine santé. Les époux plein de joie demandèrent "Comment pouvons nous vous payer ?" "Que devons nous vous donner ?". Le très Saint Pierre ne voulut rien prendre, et plus les paysans le priait et plus il protestait. Le frère La Joie sÂ'adressa alos au très Saint Pierre et lui dit, "Prends enfin quelque chose, nous sommes dans le besoin !" Enfin la paysanne, lui apporta un agneau et déclara au très Saint Pierre quÂ'il devait accepter, mais il refusait toujours. Alors frère La Joie le poussa sur le côté et lui dit :
"Prends le donc ! sacré diable, nous en avons besoin !". Le très Saint Pierre déclara enfin "oui, lÂ'agneau je veux bien le prendre, mais je ne le porterai pas : si tu le veux tu le porteras !" "Ce nÂ'est pas un problème !" répondit le frère La Joie. "Je veux bien le porter !" et il le prit sur ses épaules. Ils partirent donc et parvinrent à une forêt, là lÂ'agneau était devenu lourd aux épaules du frère La Joie, mais il était affâmé. Il sÂ'adressa au très Saint Pierrre, "regarde, cÂ'est une belle place, nous pouvons cuire lÂ'agneau et le consommer. "Cela me convient !" répondit le très Saint Pierre, "mais je ne nÂ'y connais pas en cuisine : veux-tu cuisiner, voici une marmite, je voudrais en attendant quÂ'il soit prêt vaquer alentour. Mais tu ne dois pas commencer à manger avant que je sois de retour ; je reviendrai quand il sera temps.
"Vas, dit le frère La Joie, je mÂ'y entends en cuisine, je mÂ'en occuperai !" Alors le très Saint Pierre sÂ'éloigna, tandis que le frère La Joie abattait lÂ'agneau et préparait le feu, il jeta la viande dans la marmite et la mit à cuire. LÂ'agneau fut cuit mais lÂ'apôtre nÂ'était toujours pas revenu, le frère La Joie ouvrit la marmite et en retira le coeur.

"Ce doit être le meilleur !" déclara-t-il et il le goûta puis finalement il le mangea entièrement. Enfin le très Saint Pierre revint et lui dit :
"Tu peux manger tout lÂ'agneau seul, je nÂ'en désire que le coeur."
Le frère La Joie, prit une fourchette et un couteau et chercha soigneusement parmi les morceaux de viande ; ne pouvant trouver le coeur il déclara brutalement :
"Il nÂ'y en a pas !"
"Bien, et où peut-il bien être ?" demanda lÂ'apôtre.
"Je nÂ'en sais absolument rien !" répondit le frère La Joie "mais regardez, quels fous nous sommes, nous cherchons le coeur dÂ'un agneau et il ne nous vient pas à lÂ'idée quÂ'un agneau nÂ'a pas de coeur !"
"Oui !" sÂ'exclama le très Saint Pierre, "cÂ'est tout nouveau, chaque animal a un coeur, et pourquoi diable un agneau nÂ'aurait pas de coeur ?"
"Non, certainement, frère, un agneau nÂ'a pas de coeur, tu vas tÂ'en rendre compte, il nÂ'en a sérieusement pas."
"CÂ'est bon !" rétorqua le très Saint Pierre, "sÂ'il nÂ'y a pas de coeur, je ne veux pas dÂ'agneau, et tu peux le manger seul !"
"Tout ce que je pourrai pas avaler, je le mets dans ma besace" se dit le frère La Joie, puis il mangea la moitié de lÂ'agneau et rangea le reste dans sa besace.

Ils reprirent leur route. Le très Saint Pierre sÂ'arrangea pour quÂ'ils eussent à traverser un torrent tumultueux.
"Passe devant !" ordonna le très Saint Pierre,
"Non !" répondit le frère La Joie, "vas toi dÂ'abord !" et il pensa "si lÂ'eau est trop profonde, je resterai en arrière !"
Alors le très Saint Pierre sÂ'avança dans le torrent, lÂ'eau était peu profonde et lui arrivait au genou. Puis vint le tour de frère La Joie, brutalement le flot enfla et lui monta jusquÂ'au cou. Il appela :
"Frère, aide-moi !" Le très Saint Pierre lui dit :
"Voudras-tu aussi avouer que tu as mangé le coeur de lÂ'agneau ?"
"Non !" répondit-il, "je ne lÂ'ai pas mangé." Alors le flot se fit plus fort et arriva jusquÂ'à sa bouche.
"Aide moi, frère" Le très Saint Pierre lui dit à nouveau :
"Voudras-tu aussi avouer que tu as mangé le coeur de lÂ'agneau ?"
"Non !" répondit-il, "je ne lÂ'ai pas mangé."
Le très Saint Pierre ne voulant pas le voir se noyer, laissa le flot retomber et lÂ'aida enfin à sortir.

Puis ils continuèrent leur voyage et arrivèrent dans un nouveau royaume, là ils entendirent que la fille du roi était à lÂ'article de la mort.
"Hello ! frère !" sÂ'écria le moine en sÂ'adressant au très Saint Pierre, "Voici une affaire pour nous ! Si nous la soignons, nous sommes sauvés pour le reste de nos jours !"
Mais le très Saint Pierre ne marchait pas très vite ;
"Allons du nerf mon frère !" lui dit-il, "afin que nous arrivions à temps !" Mais le très Saint Pierre marchait de plus en plus lentement, bien que frère La Joie le tirât ou le poussât, lorsquÂ'ils entendirent que la fille du roi avait défuncté.
"Voilà, cÂ'est gagné !" sÂ'exclama le frère La Joie, "cÂ'est à cause de ton allure trainante !"
"Calme toi !" lui rétorqua le très Saint Pierre, "Je peux faire mieux que la guérir, "Je peux la faire revenir du royaume des morts !"
"SÂ'il en est ainsi !" dit le frère La Joie, "tu dois pouvoir nous faire gagner la moitié du royaume !" Et là dessus ils se rendirent au château royal où la tristesse était immense : le très Saint Pierre fit donc annoncer au roi quÂ'il pouvait rendre la vie à la princesse.
On le mena donc au roi, et ordonna :
"quÂ'on mÂ'apporte un baquet rempli dÂ'eau !" et quand on le lui eut apporté il demanda à tous de sortir, seul le frère La Joie pouvait rester.
La dessus, il découpa le corps de la morte à chaque articulation et les jeta dans le baquet, sous lequel il avait allumé un feu pour les faire cuire. Lorsque toutes les chairs se furent détachées, il récupéra les beaux os dÂ'un blanc immaculé et les posa sur une table, en les ordonnant dans leur position naturelle. LorsquÂ'il eut fini, il sÂ'avança et répèta par trois fois :
"au nom de la sainte Trinité, morte, lève toi !" et à la troisième incantation, la princesse se leva, belle, vivante, et guérie. Alors le roi fou dÂ'allégresse sÂ'adressa au très Saint Pierre en lui déclarant :
"réclame ta récompense ! et sÂ'il faut te donner la moitié de mon royaume, quÂ'il en soit ainsi !" Mais le très Saint Pierre répondit :
"Je nÂ'attends rien pour celà !"
"Folie !" pensa en aparté le frère La Joie, il poussa son compagnon sur le côté et lui dit :
"Ne sois pas aussi stupide, si tu ne veux rien, jÂ'en veux bien une récompense." Mais le très Saint Pierre ne voulait rien recevoir ; alors le roi vit que lÂ'autre voulait bien être récompensé, et fit en sorte que son chancellier lui remplisse sa besace dÂ'or.

Là dessus, ils partirent vers dÂ'autres contrées, et alors quÂ'ils approchaient dÂ'une forêt, le très Saint Pierre sÂ'adressa au frère La Joie :
"Maintenant, partageons lÂ'or !"
"Oui !" répondit-il "faisons le"
Alors le très Saint Pierre, partagea lÂ'or en trois parties. Le frère La Joie pensa "Mais quelle mouche le pique donc ! faire trois parts alors que nous ne sommes que deux ! Mais le très Saint Pierre déclara :
"Je lÂ'ai assez partagé, une part pour moi, une part pour toi et une part pour celui qui a mangé le coeur de lÂ'agneau.
Oh, cela, je lÂ'ai mangé" dit le frère La Joie en enfouissant la part dÂ'or, "fais moi confiance !"
Comment cela peut-il être possible ? questionna le très Saint Pierre, "un agneau nÂ'a pas de coeur !"
et quoi, frère, que crois-tu, un agneau a un coeur comme nÂ'importe quel animal, pourquoi nÂ'en serait-il pas ainsi ?"
soit ! répondit le très Saint Pierre, "garde lÂ'or pour toi seul, mais je ne veux plus rester en ta compagnie et veux continuer mon chemin seul.
Comme tu veux, mon frère, répondit le frère La Joie, bon vent !"

Le très Saint Pierre prit un autre chemin, mais le frère La Joie pensait : "Très bien, quÂ'il se retire, mais il est quand même un merveilleux guérisseur !". Maintenant il disposait dÂ'assez dÂ'argent, mais ne sachant pas comment le gérer, il fit de mauvaises affaires fit de nombreux dons si bien quÂ'il se retrouva un beau jour de nouveau sans un sous. Il arriva alors dans un pays, où il entendit que la fille du roi était récemment décédée. "Eh eh !" pensa-t-il, "ça peut devenir intéressant, je pourrais la faire revivre et me faire récompenser." Il alla donc chez le roi et lui proposa de réssuciter la défunte. Le roi avait déjà entendu quÂ'un soldat vagabondait et réssucitait les défunts et pensa que le frère La Joie pouvait être ce soldat. Il questionna ses conseillers qui lui déclarèrent quÂ'il nÂ'avait plus rien à perdre puisque sa fille était déjà morte.

Alors le frère La Joie fit apporté un baquet dÂ'eau, fit un feu dessous, demanda que tous sortent de la pièce, découpa le cadavre aux articulations et jeta les morceaux dans lÂ'eau ainsi quÂ'il lÂ'avait vu faire par le très Saint Pierre. LÂ'eau commençait à bouillir, les chairs se détachaient des os, il ota alors les ossements et les plaça sur la table ; mais ne sachant pas dans quel ordre les disposer, il les disposa en dépit du bon sens. Puis il dressa devant son arrangement et déclama ;
"Au nom de la Sainte Trinité, défunte, lève toi !" quÂ'il répèta trois fois mais à chaque fois en vain. "Lève toi donc, bougresse !" cria-t-il "Sinon tu vas passer un mauvais quart dÂ'heure !"
À peine eut-il dit cela, que le Très Saint Pierre pénètra par la fenêtre dans sa précédente tenue de soldat libéré en déclarant :
"Mécréant, que fais-tu donc là, comment la morte peut-elle ressuciter de la façon dont tu lui as réassemblé les ossements ?"
"Cher frère, jÂ'ai fait du mieux que jÂ'ai pu !" répondit-il.
"Cette fois, je vais te tirer dÂ'affaire, mais je te préviens, si tu entreprends encore une fois ce genre de chose, tu ne seras pas aussi chanceux, aussi du roi tu ne devras en aucune façon quelque récompense !" Là dessus, le Très Saint Pierre remit les ossements correctement en place, répéta trois fois ; "Par la Sainte Trinité ! Défunte, lève-toi !" Alors la fille du roi se leva, belle et guérie comme avant. Puis le Très Saint Pierre disparut par la fenêtre : le Frère La Joie tout heureux que cela se soit si bien passé mais dépité de ne pouvoir rien demander. "Je voudrais bien savoir, pensa-t-il, quelle mouche donc lÂ'a piqué pour donner dÂ'une main et reprendre de lÂ'autre : cÂ'est à nÂ'y rien comprendre."
Puis le roi proposa au Frère La Joie, ce quÂ'il désirait, mais il ne devait rien prendre, aussi fit-il allusion avec malice à ce que le roi remplisse sa besace dÂ'or, et ainsi sÂ'en alla-t-il. Tandis quÂ'il sortait, debout devant le portail se tenait le Très Saint Pierre
"Regarde toi, quel genre dÂ'homme fais-tu ? Ne tÂ'avais-je point interdit dÂ'accepter quoique ce fût et tu as là la besace pleine dÂ'or."
"QuÂ'y puis-je ?" répondit le Frère La Joie, "si çela a été placé là !"
"Je te le dis, tu ne me la refera pas une seconde fois, sinon, il pourrait-en coûter."
"Calme, mon frère ! Ne te soucie pas, maintenant que jÂ'ai de lÂ'or, je nÂ'ai plus à mÂ'occuper de nettoyage dÂ'ossements."
"Oui, déclara le Très Saint Pierre, lÂ'or fera long feu ! Afin que tu nÂ'ailles plus par des chemins interdits, je vais donner le pouvoir à ta besace de faire entrer en elle tout ce que tu souhaiteras quÂ'il y entre. Bon vent, tu ne me reverras plus."
"Ainsi soit-il ! répondit Frère La Joie, et il pensa "Je me réjouis que tu tÂ'en ailles, sacré bonhomme, je ne te suivrai pas."
Du pouvoir magique de sa besace, il ne soucia plus.

Frère La Joie parti avec son or, le répandant et le dilapidant comme auparavant. Et lorsquÂ'il nÂ'eut plus que quatre Kreuzer de cuivre, passant devant une auberge il pensa "LÂ'argent doit être dépensé" et il se fit apporter pour trois Kreuzer de cuivre de vin et un de pain. Tandis quÂ'assit il buvait, lui parvint lÂ'odeur dÂ'une oie quÂ'on faisait rôtir. Frère La Joie lorgna, inspecta et vit que lÂ'aubergiste avait mis au four deux oies. Soudain lui revint que son camarade lui avait dit que ce quÂ'il souhaiterait avoir dans sa besace y rentrerait. "Oh oh, ça tu dois lÂ'essayer avec les oies !" Il sortit donc, et devant la porte déclara :
"que les deux oies grillées passent de la rôtissoire dans ma besace !" Tandis quÂ'il le disait, il lÂ'ouvrit et regarda dedans, elles y étaient bien. "Très bien, dit-il, je suis un type accompli !" Puis il sÂ'en alla, emportant les bêtes rôties. Alors quÂ'il était en plein déjeuner, deux compagnons artisans arrivèrent en dévorant des yeux une des oies qui nÂ'était pas encore entâmée. Frère La Joie pensa "avec une, tu en as suffisament !" et il appela les compagnons et leur dit "prenez une oie et partagez la vous à ma santé !" Ils le remercièrent et sÂ'en allèrent avec vers lÂ'auberge, et commandèrent une demi bouteille de vin et un pain, sortirent leur oie et commencèrent à manger. La femme de lÂ'aubergiste voyant cela dit à son mari, "Ces deux là mangent une oie, vas voir, si il ne sÂ'agirait pas de lÂ'une des nôtres qui cuisent dans la rôtissoire. Le tavernier courut aux fourneau, la rôtissoire était vide : "Quoi bande de malfrats, vous voulez mangez vôtre oie, malandrin." Les deux compagnons protestèrent, "nous ne sommes pas des larrons, un soldat fraichement libéré que nous avons rencontré plus loin sur la prairie nous lÂ'offerte. "Ne vous fichez pas de moi, le soldat était ici, mais il a quitté lÂ'établissement honnêtement, jÂ'y ai veillé : vous êtres des voleurs et vous devez payer." Mais comme ils ne pouvaient pas payer il prit un bâton et les chassa jusquÂ'à la porte.

Frère La Joie reprit son chemin et arriva en un lieu où se tenait un magnifique château et peu éloigné dÂ'une fort mauvaise auberge où il se rendit afin de trouver un gîte pour lÂ'étape, mais lÂ'aubergiste refusa et lui déclara ;
"il nÂ'y a plus de place, la maison est pleine dÂ'hôtes respectables."
"cela mÂ'étonnerait !" rétorqua le Frère La Joie, "quÂ'ils se rendent chez vous et pas au château !"
"Oui répondit lÂ'aubergiste, il a quelque chose, car quiconque sÂ'y est essayé nÂ'en est jamais plus ressorti vivant."
"Si dÂ'autres ont essayé, dit le Frère La Joie, je veux alors aussi essayer."
Â'Das laßt nur bleiben,Â' sprach der Wirt, Â'es geht Euch an den Hals.Â' Â'Es wird nicht gleich an den Hals gehen,Â' dit Frère La Joie, "sert moi seulement un bon repas et une bonne bouteille !" Alors lÂ'aubergiste lui donna un couvert, repas et une chopine et ainsi équipé, Frère la Joie sÂ'en alla vers la château, fit bien bombance et lorsquÂ'il se sentit ensommeillé il sÂ'allongea sur le sol car il nÂ'y avait point de lit. Il sÂ'endormit aussitôt, mais la nuit venue, un bruit le réveilla et tandis quÂ'il sÂ'encourageait il vit neuf affreux diables dans la pièce qui dansait en cercle autour de lui.
"Dansez tant que vous voulez, mais ne vous approchez pas de moi !" les menaça Frère La Joie, "Calmez vous, esprits mâlins" dit-il, mais ils continuaient à lÂ'exciter. Soudain Frère La Joie se mit en colère, et ordonna "Holla, faites silence !" et il attrapa un pied de chaise et frappa au milieu dÂ'eux. Mais neuf diables contre un soldat cÂ'en était trop et tandis quÂ'il frappait devant lui les autres se jetaient sur son dos lui tirant les cheveux et le griffant. "Bande de diables : hurla-t-il "maintenant je suis vraiment en colère : attendez donc ! Allez ouste, tout le monde dans ma besace !" ; hop là, et les voilà dans la besace, quÂ'il boucla puis les jeta dans un coin. Le calme était revenu et Frère La Joie sÂ'allongea à nouveau et sÂ'endormit jusquÂ'au matin. Alors parurent lÂ'aubergiste et le seigneur à qui appartenait le château qui voulurent voir comment il sÂ'était débrouillé ; alors quÂ'ils le virent gaillard et reposé, ils sÂ'étonnèrent et demandèrent :
"Les esprits ne vous ont-ils rien fait ?"
"Absolument rien, pourquoi ?" répondit Frère La Joie "Je les ai bouclé tous les neuf dans ma besace ! Vous pouvez maintenant réemménager dans votre château et plus rien ne pourra arriver à vos hôtes !" Le seigneur le remercia, le récompensa richement et le pria de rester à son service en lui offrant des gages journaliers.
"Non !" répondit-il, "JÂ'ai lÂ'habitude de voyager et je ne souhaite pas mÂ'arrêter." Et Frère La Joie sÂ'en alla. Chemin faisant, il trouva une forge, il posa sa besace où se trouvaient les neuf diables, sur lÂ'enclume et pria le forgeron et ses compagnons de frapper. Ils assenèrent de toutes leurs forces, des coups de leurs gros marteaux si bien que des diable des plaintes terribles montèrent. LorsquÂ'il ouvrit la besace, huit étaient morts mais lÂ'un dÂ'eux qui sÂ'était réfugié dans un pli était encore en vie, se faufila à lÂ'extérieur et partit se réfugier dans les enfers.

La dessus Frère La Joie voyagea encore longtemps dans le vaste monde et comme on le sait, pouvait en raconter la dessus beaucoup. Enfin, atteint par lÂ'âge il pensa à ses derniers jours et se rendit chez un émigrant qui était connu pour être un brave homme et lui dit :
"Je suis fatigué de voyager et jÂ'aspire à être appelé aux cieux !" LÂ'émigrant lui répondit "Il y a deux façons de partir, une est aisée et agréable et mène aux enfers lÂ'autre est étroite et rébarbative et mène aux cieux."
"Je serais fou !" pensa Frère La Joie, "de devoir prendre le chemin étroit et rébarbatif." Puis il se mit en route et prit le chemin large et agréable qui le mena vers une large porte noire ; cÂ'était la porte des enfers. Frère La Joie frappa, le garde jeta un coup dÂ'oeil afin de voir qui venait. Et alors quÂ'il vit Frère La Joie, il prit peur car il était le neuvième diable, quÂ'il avait enfermé dans sa besace et qui en était ressorti avec des cocards. Sur ce, il sÂ'enfuit après avoir tirer le verrou et courru auprès du patron des diables et lui déclara :
"Il y a dehors un type avec une besace et qui voudrait entrer, mais il faut par la force lÂ'en empêcher, sinon il mettra tout lÂ'enfer dans cette besace. Il mÂ'a fait marteler, là dedans, de façon répugnante." Il fut alors dit à Frère La Joie quÂ'il ne pouvait pas entrer.
"SÂ'ils ne veulent pas de moi ici, pensa-t-il, je veux savoir si je ne pourrais pas trouver aux cieux une solution, car il faut bien que je repose quelque part." Il fit donc demi-tour et sÂ'éloigna jusquÂ'à la porte des cieux à laquelle il frappa. Le Très Saint Pierre était assis près de la porte car il était le gardien des lieux : Frère La Joie le reconnu et pensa "ici au moins je retrouve un vieux camarade, et cela ira mieux."
Mais le Très Saint Pierre annonça :
Je crois bien que tu veux te rendre aux cieux !
Laisse moi entrer, Frère, je dois bien aller quelque part ; sÂ'il mÂ'avait pris aux enfers, je ne serais pas venu ici !"
Non, répliqua le Très Saint Pierre, tu ne rentreras pas.
Alors si tu ne me laisses pas entrer, reprends ta besace : car je ne veux plus rien avoir de toi, dit Frère La Joie.
Donne la donc, dit le Très Saint Pierre.
Il tendit sa besace, au Très Saint Pierre, à travers les grilles des cieux qui sÂ'en saisit et la suspendit près de son fauteuil. Alors Frère La Joie commanda :
"Maintenant, je veux rentrer dans ma besace !" Et hop là, le voilà transporté dedans. Il est maintenant aux cieux et le Très Saint Pierre a dû le laisser dedans.

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons BY (attribution) SA (Partage dans les mêmes conditions).


Commentaires :


Message de rida

merci


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :





Sites à visiter


Site de sabine
Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Les Auteurs les plus lus


About - Abrantes - Achard - Ackerman - Ahikar- Aicard - Aimard - Alexandre - Allais - Amnesty International- Anatole France- Andersen - Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Arène - Assollant - Aulnoy- Aulnoy - Aulu gelle- Austen - Baillon - Balzac - Banville - Barbara - Barbey d aurevilly - Barrios - Barry - Baudelaire - Baure - Bazin - Beauclair - Beaumarchais- Beauvoir - Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bentzon - Bergerat - Bernanos - Bernard - Bernardin de Saint Pierre - Bible- Billot - Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Bove - Boylesve - Bringer - Brontë - Bruant - Brunet - Buchan - Burney - Canel - Catherine H- Champfleury- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Chevalier - Chevalier à la Rose- Choderlos de Laclos - Chtchédrine - Cicéron- Claretie - Colet - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Comtesse de ségur- Comtesse de ségur - Conan Doyle - Contes médiévaux- Coppee - Corneille - Cotard - Coudrier - Courteline - Crevel - Croix - Cros - Cuomo - Curwood - D´holbach- Dagorne - Dandurand - Dantin - Daudet - Daumal - De condorcet - De gouges - De Heredia - De laveleye - De nerval - De pawlowski - De renneville - De saint exupéry - De staël - De vesly - Del - Delattre - Denon - Des tilleuls - Desbordes Valmore - Descartes - Desnos - Deulin - Dickens - Diderot - Diharsce - Dionne - Domergue - Dostoïevski - Du gouezou vraz - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Duruy - Eberhardt - Elidée- Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Essarts - Fabre - Faguet - Fedydurke - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flat - Flaubert- Fleury - Florian - Foa - Focillon - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- France - Frechette - Fredleborgne - FrihD - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gaskell - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Glardon - Godwin - Gogol - Gonzales - Gozlan - Gréville - Grimm - Gualdo - Gyp- Hache - Hawthorne - Hérédia - Hodja - Hoffmann- Hoffmann - Homère- Houssaye - Huchon - Hugo - Irving - Ista - James - Jammes - Janin - Jost - Kardec - Karr - Khayyam - Kipling - Kokovtsov - L´epinay - La Fontaine - La rédaction- Lacroix - Lamartine - Lancourt - Le Braz - Le Rouge - Le Saint - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Lehr - Lemaître - Lemonnier - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Lesclide - Level - Lévêque - Lewis - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- M.B.- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Malcor - Mallarmé - Malot - Margueritte - Marivaux- Marmier - Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mistral - Moinaux - Molière- Montaigne- Montesquieu- Moreau - Mouton - Muller - Musset - Musset - NaÏmi - Nerincx - Nicloux - Noailles - Nodier - Normand - O.henry- Orain - Ouida- Ourgant - Pavie - Pelletier - Pergaud - Perrault - Pichler - Poe - Polo - Pouchkine - Prévost - Proust - Pucciano - Racine - Radcliffe - Radiguet - Ramuz - Rémy- Renard - Retbi - Richepin - Rilke - Rimbaud - Rod - Rodenbach - Rolland - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Sainte beuve - Sainte croix - Samain - Sand - Schnebelen - Scholl - Schwob - Scott - Sénèque- Shakespeare - Silion - Silvestre - Stendhal- Stevenson - Sue - Summer - Syhemalik- Theuriet - Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Trollope - Twain - Valery - Valéry - Vallès - Vannereux - Verhaeren - Verlaine - Verne - Vicaire - Vigny - Villiers de l isle adam- Vogue (de) - Voltaire- Voragine - Weil - Wells - Wharton - Wilde - Zaccone - Zola

--- Liste complète