general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour personnes mal-voyantes ou non-voyantes
application sur Googleplay
Menu
Vous pouvez nous soutenir là : 👉 https://fr.tipeee.com/audiocite - Merci ❤❤❤

Illustration: Le Violon de Lydie (Souvenir de guerre) - Maurice de Faramond

Le Violon de Lydie (Souvenir de guerre)


Enregistrement : Audiocite.net
Publication : 2022-05-24

Lu par lili
Livre audio de 07min
Fichier mp3 de 3,5 Mo

318 - Téléchargements - Dernier décompte le 05.08.22



Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Signaler
une erreur
Commentaires
 





Poème inspiré d'un touchant épisode durant la guerre de 1914-1918.

"Chers lecteurs et lectrices, écoutez le son du violon de Lydie, qui vibre à travers l'émotion de ce poème." lili



Le Violon de Lydie

(Souvenir de guerre)

 Mademoiselle Lydie Demirgian, jeune violoniste déjà célèbre, prix d'excellence du Conservatoire, se rendait avec sa mère, sœur d'Henry Bataille à un concert, durant la guerre, lorsque des bombes lancées par des avions allemands obligèrent les deux femmes à se réfugier dans une cave. L'abri était plein d'autres "réfugiés" à qui la vibrante artiste fit oublier par le prestige de son art la cruauté de l'heure. Ce touchant épisode a inspiré à M. Maurice de Faramond l'Ode suivante :

A Mademoiselle Lydie Demirgian.

O soir très pur de lune ronde !
Astres cloués à l'azur clair !
Un gai parfum exaltait l'air ;
Et Lydie aux beaux bras, rieuse et blonde
S'en allait au concert.

Elle portait dans un élégant sarcophage
Son beau, bien aimé violon,
Qui tient comme la brise en esclavage
Et dont les cordes sont crinière d'Apollon.

Et sa mère pensive accompagnait Lydie !
Et les deux femmes parlant bas,
Joignant leur pas,
Se hâtaient vers la gloire et vers la mélodie,
Lorsque soudain... (ô jours de combats !)

Le cri, l'horrible cri de la sirène,
Qui semble fait de spasmes sanglotants,
Où du sang déjà hurle et traîne,
Ce cri déchira l'air et tua le printemps.

Bénignité des cieux ! Astres suaves !
Tout s'abolit en un clin d'oeil.
Voici l'épouvante et le deuil.
Que l'on s'enfonce dans les caves !
Le boulevard prit la tournure d'un cercueil.

Sous la voûte tonnante et les éclairs de chlore,
Les deux femmes, en ce lourd moment,
Comme une grande porte allait se clore,
S'y jetèrent éperdument !

                x
               x x

Or dans la profondeur de ce cube de pierre,
Sous des ténèbres de granit
Tout un peuple était réuni,
Pauvres gens, qu'étreignait leur malheur comme un lierre,
Morne cohue écoutant mugir l'infini !

On avait même posé sur un lit de sangle
Une triste fille en proie à la mort.
Dont, la pâleur de veilleuse éclairait un angle,
Vivante, mais à peine, comme on dort.

Et tous ces êtres, du fond de ces catacombes,
L'âme anxieuse jointe, et corps à corps,
Entendaient sangloter les astres au dehors,
Et la Lune cracher en torpilles et bombes
Tout son vomissement... et c'est alors

Que Lydie élevant son vermeil visage
Par dessus tous, avec sa force de vingt ans
Tira son violon de son noir sarcophage,
Et le posa sur son cœur gonflé de printemps.

On perçut une voix de rêve frémissante,
Comme un chuchotement secret du mur,
Ce que le brin d'herbe à la brise chante,
Ce qu'exhale au rayon la rose obéissante,
Balbutiement de source, hymne heureux du fruit mûr,

Qui devint allegro la chanson de la proue,
D'un navire qui danse à des flots d'Orient ;
Puis un désir d'amour parut et fit la roue,
La Vierge ouvrit ses bras au Héros souriant.

On vit les traits cadavéreux de Celle
Qui semblait n'avoir plus d'espoir que de mourir
Se ranimer sous les grands coups d'archet, coups d'aile !
Et l'air en feu craquait comme étincelle,
Les murs tels que des fleurs se mirent à s'ouvrir !

L'instrument divin croissant en puissance
Vibra plus haut, dans une étreinte d'Ariel ;
Ses cordes comme debout clamaient la naissance
D'un monde qui veut boire au seuI baiser du ciel !

Des êtres de clarté, dans leur blanche voltige,
Glissèrent à l'obscur et répugnant sous-sol ;
Des âmes sur des hyppogriffes en plein vol
Echangeaient dans la nuit les bonds de leur vertige ;
Et tout à coup ce fut l'hymne du Rossignol.

Du Rossignol caché, qui trille ses extases,
Enjoignant même au Temps d'écouter, de surseoir,
Et les couples émus se dédiaient des phrases,
Ainsi que les enfants se passent l'encensoir.

Les chercheurs de pensée, au crâne qui flambe, ivre,
Montèrent au soleil, espérant le tenir ;
Contre l'horreur s'armait d'azur ce qui veut vivre ;
Et, son espoir aux dents et sa main sur le Livre,
L'homme nouveau déployait, page à page, l'avenir.

Le geste déchaîné d'ardeur, de violence,
Parvint plus haut !... Au seuil de lumière interdit,
Là, tremblant, s'arrêta, faisant silence.
Mais ce n'est pas le silence qu'on entendit ;

On entendit aussi puissant qu'un météore
Le beau violon gémir et chanter toujours ;
Ce n'était plus et cependant c'était Lydie encore,
Elle portait le nom de la prochaine Aurore,
Elle jouait sur les premiers rayons du jour !

MAURICE DE FARAMOND

Poème "Le Violon de Lydie" (Souvenir de guerre),
de Maurice de Faramond de Montels (poète et dramaturge français 1862-1923).
Extrait du Journal Comoedia du 26 Août 1920 (Paris).

Illustration : Pixabay 
Source: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76477291/f2.item



Commentaires :


Message de lili

Merci beaucoup Lisa, de votre compliment dont je suis très touchée ! Votre observation sur l'actuelle guerre en Ukraine est très intéressante, et coïncide beaucoup avec ce poème "Le Violon de Lydie". En effet, ce dernier est inspiré d'un touchant épisode durant la 1ère guerre mondiale de 1914-1918. Je vous souhaite de passer une très belle journée ensoleillée, dont la brise du vent aura la même pureté que le son du violon de Lydie. lili


Message de Lisa

Quel beau poème dit avec tant de vie et d'émotions! Bravo! Cet événement de 14/18 nous rappelle certains musiciens qui ont eu le courage récemment d'alléger l'angoisse des réfugiés ds les caves en Ukraine pendant les bombardements... Merci de tout cœur Lili, pour ce choix de texte et la délicatesse de ton interprétation !


Ajouter un commentaire



Tous les commentaires sont bienvenus, bienveillants ou critiques (mais constructifs), sauf ceux qui mettraient en concurrence les donneurs de voix entre eux. Le cas échéant, ceux-là ne seraient pas publiés.

Pseudo :




Disponible sur Google Play

Nouveautés



> Toutes les nouveautés

SOUTENEZ-NOUS


Soutenez nous sur typeee

Les Auteurs les plus lus


Abrantès - Achard - Ahikar- Aicard - Aimard - Allais - Amnesty International- Andersen - Anonyme- Arène - Aulnoy - Austen - Aycard - Balzac - Banville - Barbey d aurevilly - Baudelaire - Bazin - Beauvoir - Beecher stowe - Beltran - Bergerat - Bernard - Bernhardt - Berthoud - Bible- Bleue- Boccace- Borie - Bourget - Boussenard - Bove - Boylesve - Brada- Braddon - Bringer - Brontë - Bruant - Brussolo - Burney - Cabot - Casanova- Cervantes - Chancel - Charasse - Chateaubriand - Chevalier à la Rose- Claretie - Colet - Comtesse de ségur- Conan Doyle - Coppee - Corday - Corneille - Courteline - Daudet - Daumal - De nerval - De renneville - De staël - De vesly - Decarreau - Del - Delattre - Demercastel - Desbordes Valmore - Dickens - Diderot - Dionne - Dostoïevski - Du gouezou vraz - Dumas - Dumas fils - Duruy - Eberhardt - Esquiros - Essarts - Faguet - Fée - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flat - Flaubert- Fontaine - Forbin - Alain-Fournier- France - Funck Brentano - G@rp- Gaboriau- Gaboriau - Galopin - Gautier - Géode am- Géod´am- Girardin - Gréville - Grimm - Guimet - Gyp- Hawthorne - Hoffmann - Homère- Houssaye - Huchon - Hugo - Irving - James - Janin - Kipling - La Fontaine - Lacroix - Lavisse et rambaud- Le Braz - Le Rouge - Leblanc - Leconte de Lisle - Lemaître - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesclide - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- Machiavel - Madeleine - Malcor - Mallarmé - Malot - Mangeot - Marmier - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Mérimée - Michelet - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Moinaux - Molière- Montesquieu- Mortier - Moselli - Musset - Naïmi - Nerval - Orain - Ourgant - Pavie - Pergaud - Perrault - Poe - Racine - Radcliffe - Ramuz - Renard - Rilke - Rimbaud - Rochefort - Ronsard - Rosny_aîné - Rousseau - Sade - Saint victor - Sainte beuve - Sand - Sazie - Scholl - Schwob - Scott - Shakespeare - Silion - Silvestre - Stendhal- Stevenson - Sue - Suétone- Theuriet - Thoreau - Tolstoï (L) - Tourgueniev - Trollope - Twain - Valéry - Vallès - Vannereux - Verlaine - Verne - Vidocq - Villiers de l´isle adam- Voltaire- Voragine - Weil - Wells - Wharton - Wilde - Wilkie Collins- Zaccone - Zola

--- Liste complète