Version pour mal voyants
Menu

Illustration: La précarité ordinaire - christian martin
Site de l'auteur

La précarité ordinaire

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Ka00
Livre audio de 8min
Fichier Mp3 de 7,1 Mo

1018 - Téléchargements - Dernier décompte le 18.02.18




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Inviter
un(e) ami(e)
Signaler
une erreur




Médecin généraliste dans un petit village prés de Nîmes, Christian MARTIN écrit en dilettante. Il laisse planer simplement l'inspiration dans le quotidien de son pays, où se mêlent nostalgie et souvenir, tranche de vie, drôle ou parfois sensuelle , le tout, souvent baigné dans la violence des dérives climatiques de la... Ceci n'est qu'un récit de fiction...


Christian Martin

La précarité ordinaire

Jacqueline force le pas, pourtant chaque foulée déclenche une douleur le long de sa jambe droite et dans le dos . Mais il lui faut marcher plus vite, l'heure tourne et elle est en retard. La place de la maison carrée est bondée de gens bien portants en apparence et peu pressés, ce samedi après-midi. De jeunes adolescents sautent, avec leur skate, les bancs de pierre avec une adresse étonnante. Jacqueline boitille et fait la grimace . Les planches à roulettes s'envolent et retombent dans un fracas que les murs de l'édifice antique, fierté de la ville de Nîmes, renvoient en échos assourdissants . Un SDF est couché sur un carton à un angle de la médiathèque, de coutume elle met une pièce, de cinquante centimes parfois un euro, c'est peu ! Enfin c'était peu il y a peu, en gros trois mois. Aujourd'hui mieux vaut compter.
Les serveurs des cafés s'affairent, entre les tables pleines. Le soleil est encore haut, et l'air est chaud étouffant, mais il faut entrer avant que...
— je suis en retard ! Se dit-elle , mais en vain, elle ne peut pas aller plus vite. Il est vrai qu'elle a croisé Ghislaine, une copine d'enfance, d'école primaire plus exactement, elles ne se sont jamais perdues de vue . Alors on papote, ça fait passer le temps, on se raconte ses petits malheurs .
— Moi aussi j'ai été malade l'été dernier, une déprime, tu sais ce que c'est, tu es passée par là. Moi, c'était la pression au boulot . Depuis les restructurations, on en demande de plus en plus et le personnel se met en maladie pour rien. Alors tu vois le stress pour faire tourner le service quand tu es cadre . J'ai été arrêtée trois mois. Mais avec le jardin et la piscine je ne me suis pas ennuyée, pour moi les trois heures de sortie limitée ne m'ont pas gênée.
Ils m'ont même contrôlée, tu te rends compte !

Jacqueline acquiesce, elle s'imagine très bien. Une dépression vautrée sur un fauteuil de piscine . Elle connaît bien la villa de Ghislaine, sur les hauts de Nîmes pour y avoir été invitée pour ses cinquante ans, cent invités ! Une fiesta mémorable .
— A bientôt remets-toi vite ! lui dit Ghislaine
CÂÂÂÂ'est cela, à bientôt !
Voilà trois mois quÂÂÂÂ'une sciatique a contraint Jacqueline à sÂÂÂÂ'arrêter, trois mois de souffrances, de nuits dÂÂÂÂ'insomnie à chercher une position dans le lit, à se gaver dÂÂÂÂ'antalgique et dÂÂÂÂ'anti-inflammatoires. Un mois quÂÂÂÂ'elle ne peut plus manger tant son estomac lui fait mal, quinze jours quÂÂÂÂ'elle désespère dÂÂÂÂ'être toujours en maladie, alors quÂÂÂÂ'elle devait enfin avoir un CDI à temps plein après deux ans dÂÂÂÂ'un 20 heures en CDD . Une chance dÂÂÂÂ'espérer dÂÂÂÂ'avoir enfin un emploi stable. Un emploi qui la mettrait un peu à lÂÂÂÂ'abri des caprices de patrons plus soucieux de leurs exonérations de charge que de la dignité de leurs salariés temporaires. Il est vrai quÂÂÂÂ'être patron, cÂÂÂÂ'est un train de vie à préserver, une villa en Espagne, et la piscine à entretenir, sans parler du prochain voyage aux caraïbes pendant les maigres vacances que lui accorde la survie de sa sacro-sainte entreprise. On nÂÂÂÂ'a pas tant investi en risques financiers et en heures de travaux illimités derrière un bureau, pour vivre au SMIC !
Alors Jacqueline pendant ses vingt heures sÂÂÂÂ'est donnée à fond soulevant toujours plus vite et plus mal des marmites et des sacs . Elle avait de plus en plus mal au dos, mais pas question de sÂÂÂÂ'arrêter, à cinquante ans si proche du but , pour gagner son autonomie après la séparation douloureuse dÂÂÂÂ'avec son mari.

Elle presse un peu plus le pas au prix de quelques grimaces. Elle arrive enfin devant son immeuble. En mettant la clef dans la porte de son appartement au cinquième étage, elle se remémore sa consultation dÂÂÂÂ'hier chez le Docteur Lajoie son médecin traitant. Elle lÂÂÂÂ'a choisi pour le nom, cÂÂÂÂ'est joli Lajoie. Il faut dire quÂÂÂÂ'elle a peu consulté avant cette satanée sciatique.

Elle ne voyait que le sommet de son crâne chauve derrière lÂÂÂÂ'écran de lÂÂÂÂ'ordinateur.
— JÂÂÂÂ'ai toujours mal docteur !
Son portable a sonné, il parle avec un collègue tout en pianotant sur son clavier. Il lui montre du doigt la table dÂÂÂÂ'examen où elle doit sÂÂÂÂ'allonger. La conversation terminée, il soulève la jambe droite de sa patiente. Une douleur traçante court dans le membre de Jacqueline et lÂÂÂÂ'a fait crier.
— En effet , il y a peu de mieux. Il faudra consulter un chirurgien.
Jacqueline sÂÂÂÂ'effondre en pleurs ! Mais je dois reprendre, si vous me prolongez et si on mÂÂÂÂ'opère jÂÂÂÂ'en ai pour des mois dÂÂÂÂ'arrêt.
— Nous nÂÂÂÂ'avons pas le choix Madame, vous voyez bien que vous ne pouvez pas reprendre.
— Mais je nÂÂÂÂ'en peux plus de rester enfermée dans mon appartement de vingt-cinq mètres carrés, ne pourrait-t-on pas élargir les horaires de sortie. Jacqueline pleure toujours
— Je nÂÂÂÂ'en peux plus martèle-t-elle.
— Je vous comprends Madame, mais cÂÂÂÂ'est la loi, vous nÂÂÂÂ'avez droit quÂÂÂÂ'à trois heures de sortie consécutives. Le téléphone du médecin sonne à nouveau, il le coince sur son épaule tout en sortant lÂÂÂÂ'imprimé dÂÂÂÂ'arrêt de travail et commence à le rédiger.

Jacqueline regarde le sol en sanglotant.

Le médecin repose son portable.
— Je vais vous prescrire un antalgique plus fort, attention, il a un effet sédatif, ne prenez pas la voiture.
— Allons donc ! pense Jacqueline, et la voiture interdite aussi ! Et quoi encore. Baiser ? Ça ne risque pas. Depuis son divorce, elle bosse, dort, regarde la télé et repart faire quelques ménages au noir pour payer son loyer et ses charges. Elle a peu de temps pour la bagatelle. Que ferait un homme dÂÂÂÂ'une femme de cinquante ans handicapée, pauvre et ronde.
— Je vous prolonge dÂÂÂÂ'un mois. La sentence tombe comme un couperet, un mois de plus en prison dans vingt-cinq mètres carrés surchauffés, bruyants et vétustes.
Le médecin prend la carte vitale, la met dans son appareil et encaisse vingt et un euros puis il se lève, lui tend la main, la regarde à peine dans les yeux, ouvre la porte précipitamment, il parait pressé, il est vrai que la salle dÂÂÂÂ'attente est pleine. La consultation a duré dix minutes.
Sur lÂÂÂÂ'arrêt de travail est inscrit, en première page, sciatique l4l5 droite. Les sanglots, la détresse, la peur de perdre son emploi, la peur de la claustration dans un appartement trop petit, tout cela nÂÂÂÂ'intéresse pas le médecin-conseil.
Jacqueline rentre dans le studio . LÂÂÂÂ'air est à peine respirable tant la chaleur sÂÂÂÂ'est accumulée malgré les persiennes fermées. Il est vrai, quÂÂÂÂ'elle est juste sous les toits. LÂÂÂÂ'appartement est mal isolé, il y fait froid lÂÂÂÂ'hiver et chaud lÂÂÂÂ'été, atrocement chaud. Elle se demande comment vit cela le vieillard dÂÂÂÂ'à côté.

Quelque chose lui serre la gorge. De coutume, elle pleure quand elle ressent cela, cette fois, non. Elle ferme la porte derrière elle, comme un automate ouvre les persiennes. La rue dessous semble lÂÂÂÂ'appeler. Mais il est cinq heures, elle devait rentrer. Ses trois heures consécutives sont achevées. Elle nÂÂÂÂ'entend pas la sonnette. Elle enjambe la fenêtre et saute.

Le médecin contrôleur mandaté par lÂÂÂÂ'entreprise a entendu un bruit bizarre derrière lui pendant quÂÂÂÂ'il préparait son billet pour notifier son passage à Jacqueline et la constatation de son absence hors des heures de sorties autorisées.

Depuis 1 an les médecins ne peuvent plus adapter les heures de sorties à la maladie du patient. On impose 3 heures de sorties consécutives. Il y a peu de dérogations et les contrôles de plus en plus fréquents. Même les pathologies à risques comme les états dépressifs sont soumises à cette claustration non thérapeutique.

Découvrez les autres textes de Christian Martin sur inlibroveritas

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Art Libre.
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Sites à visiter


Page de présentation de Christian Martin Visitez le blog de Ka00: Herboriste

Publicité



Les Auteurs les plus lus


About - Achard - Ackerman - Ahikar- Aicard - Aimard - Allais - Amnesty International- Anatole France- Andersen - Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Assollant - Aulnoy- Aulu gelle- Austen - Baillon - Balzac - Banville - Barbara - Barbey d aurevilly - Barrios - Baudelaire - Baure - Bazin - Beaumarchais- Beauvoir - Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bergerat - Bible- Billot - Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Bove - Boylesve - Brontë - Bruant - Brunet - Burney - Canel - Catherine H- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Chevalier à la Rose- Choderlos de Laclos - Chtchédrine - Cicéron- Claretie - Colet - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Comtesse de ségur- Comtesse de ségur - Conan Doyle - Contes médiévaux- Coppee - Corneille - Cotard - Coudrier - Courteline - Cros - Cuomo - D´holbach- Dandurand - Dantin - Daudet - De chateaubriand - De condorcet - De gouges - De Heredia - De laveleye - De pawlowski - De renneville - De staël - De vesly - Del - Delattre - Denon - Des tilleuls - Desbordes Valmore - Deulin - Dickens - Diderot - Dionne - Domergue - Dostoïevski - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Duruy - Eberhardt - Elidée- Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Fabre - Fedydurke - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flat - Flaubert - Flaubert - Fleury - Florian - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- France - Frechette - Fredleborgne - FrihD - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gaskell - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Gogol - Gréville - Grimm - Gyp- Hache - Hawthorne - Hodja - Hoffmann- Homère- Houssaye - Huchon - Hugo - Ista - James - Jammes - Jost - Kardec - Kipling - La Fontaine - La rédaction- Lacroix - Lamartine - Lancourt - Le Braz - Le Rouge - Le Saint - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Lemonnier - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Level - Lévêque - Lewis - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- M.B.- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Mallarmé - Malot - Marivaux- Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mistral - Moinaux - Molière- Montaigne- Montesquieu- Moreau - Mouton - Musset - Musset - Nerincx - Nicloux - Nodier - Normand - Orain - Ourgant - Pavie - Pergaud - Perrault - Pichler - Poe - Polo - Pouchkine - Proust - Racine - Radcliffe - Ramuz - Rémy- Renard - Richepin - Rilke - Rimbaud - Rodenbach - Rolland - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Sainte beuve - Samain - Sand - Schnebelen - Scholl - Schwob - Scott - Sénèque- Shakespeare - Silion - Silvestre - Stendhal- Stevenson - Sue - Syhemalik- Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Trollope - Twain - Valery - Vallès - Vannereux - Verhaeren - Verlaine - Verne - Vicaire - Vigny - Villiers de l isle adam- Voltaire- Wharton - Wilde - Zola

--- Liste complète