general data protection regulation Ce site Web utilise des cookies
Pour assurer une meilleure expérience à ses utilisateurs, réaliser des statistiques de visites, offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux, proposer des publicités ciblées.


Version pour mal voyants
Menu

Attention, certains propos, certains textes peuvent choquer, notamment les enfants.

Illustration: Que ferez-vous jeudi le 10 avril 2014? - syhemalik
Site de l'auteur

Que ferez-vous jeudi le 10 avril 2014?

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Ka00
Livre audio de 9min
Fichier Mp3 de 8 Mo

838 - Téléchargements - Dernier décompte le 14.07.18



Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Inviter
un(e) ami(e)
Signaler
une erreur



Syhemalik
Écrivain et philosophe clandestin vivant en Nouvelle-France de l'Amérique du Nord Britanico-Hispanique et MicMaq originaire de la forêt Saharienne.

Note de l'auteur :
Ne prévoyez rien de trop important, c'est le jour de la fin du monde.

Eh oui, si vous ne me croyez pas, vous pouvez prendre connaissance du calcul cabalistique établissant la date précise sur ce site.


Syhemalik

Que ferez-vous jeudi le 10 avril 2014?

L'information
Édouard se gratta la tête. Il regarda l'heure au bas de son écran d'ordinateur: 3 heures 21 minutes du matin.

3:21

Il se dit en lui-même: "C'est un signe ! L'heure où je prends connaissance du début de l'apocalypse prend la forme d'un décompte. C'est formidable !"

- Marie, viens par ici.

- Qu'est-ce que tu veux, connard ?! Tu vois pas que je me branle en regardant Rocco, mon coconnard de co-loc ?

- Désolé, ma chérie, mais j'ai quelque chose d'important à te confier...

- Quoi, tu as trouvé le moyen de recommencer à bander sans avaler de losanges bleus ?

- Non. C'est tout à fait incroyable, ce que je m'apprête à t'annoncer !

- Ah, ouais ? Tu as trouvé un moyen pour devenir riche en vendant ta merde sur e-bay, Eddy ?

- Marie, je t'en prie...

- Aaaaaaah, ouiiiiiii, aaaaaah, ça y eeeeeeest, j'y suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ! Oh putain, le pieeeeeeeeeeed, le pieeeeeeeeeeed ! Je jouis comme une possé... déééééeeeeee ! Ah ! Oh! Aaaah! Oooooooooooooooooooooh....
- ...

- Enfiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ! 'Tain ! Ça fait vraiment du bien!

Marie remonte son pantalon de jogging ADIDAS (all day I dream about sex) en remuant les fesses devant Édouard. Ce dernier attend, bien assis sur sa chaise de bureau, tourné vers le divan d'où s'est extirpée sa petite amie.

Édouard se demandait toujours combien de temps ils allaient continuer à partager ce petit salon en se divertissant l'un et l'autre dos à dos. Lui, en train de naviguer sur internet et communiquant avec des internautes initiés du monde entier. Elle, regardant sans cesse toutes sortes d'émissions de télévision plus débiles les unes que les autres... en plus de Discovery Channel. Même une conne prend des pauses pour s'informer comme du monde au cours d'une journée.

Mais maintenant, Édouard sait que cela n'a plus d'importance puisqu'il sait... Son angoisse s'est enfui. Reste à en convaincre Marie...

- Bon, qu'est-ce tu voulais mon petit poulet ?

- Je t'ai déjà dit que je déteste lorsque tu m'appelles de cette façon, Marie ! C'est pas vrai! Faut toujours que tu reviennes à la charge avec cette...

- Allons, allons, mon petit poussin !, rétorque Marie en pouffant de rire après avoir passé la main dans son abondante chevelure blonde.

- J'aimerais bien que tu cesses de me comparer à un personnage de dessin animé, merde! C'est tout.
- Mais Eddy, il te ressemble tellement ! Il a de petites lunettes comme les tiennes. Il combat les invasions extra-terrestres tout comme toi. Et, surtout, c'est un loser hyper sympatique TOUT COMME TOI, co-connard !

- Marie, arrête de déconner...

Lorsqu'elle entend ces mots sortir de sa bouche, Marie éclate de rire. Elle n'en peut plus de rigoler. Elle se plie en deux en s'appuyant les mains sur ses grosses cuisses bien fermes à force d'être secouée de spasmes orgasmiques.

- Merde, Eddy, une sacrée chance que tu ne m'aies pas dit ça alors que j'allais m'enfiler une Kit Kat Chunky, j'aurai repeinturé l'appartement avec des morceaux de gauffres bleuet et du chocolat fondant ! Attends, je vais aller pisser de rire... Je reviens, mon poussin ésotérique... N'oublie surtout pas ce que tu allais me dire, j'ai pas envie d'aller me pieuter avant d'avoir vraiment rigolé, surtout...

Édouard regarde sa petite blonde un peu enrobée s'enfoncer dans le couloir menant à la toilette de leur petit 3 1/2 semi-meublé. Il se souvient du jour où ils se sont connus, à l'école secondaire du quartier. Elle n'était pas si moche, si grosse et si vulgaire. Et lui ? Il n'était pas aussi blasé et désillusionné.

Combien de McJobs avaient-ils occupés avant d'aboutir comme superviseur dans une maison de sondages à la con ? Dix, vingt, trente emplois de merdes sous-payés ? Des "occupations" permettant de bouffer du temps sans permettre de sortir de la pauvreté un seul pied !

Cinq ans, maintenant. Cinq ans qu'ils ramaient comme des dingues dans des entreprises de coprophages. Édouard contribuant sans comprendre à la fabrication de l'opinion publique, alors que Marie s'échinaient à faire la secrétaire de neuf à cinq dans une agence immobilière truffée de vendeurs de piaules survoltés. Au début, Édouard se souvient d'avoir été très jaloux. Tous ces arnaqueurs touchant des commissions mirobolantes qui pouvaient tenir des discours fleuris à sa jolie Marie, cela ne le rassurait guère, au début. Mais celle-ci lui rétorquait toujours: "Et toi, entourée de petites salopes étudiantes prêtes à sucer n'importe qui pour décrocher une augmentation de salaire, tu crois que ça me rassure ?"

La tension avait perdurée pendant quelques mois puis, elle s'était mise à engraisser subitement. Après une grève du sexe d'au moins huit semaines, si son souvenir était bon...

- Alors, Eddy ? Tu me la fais ta révélation de geek, qu'on aille se coucher ?

- Marie...

- Quoi ?

- ...

- Accouche, Édouard, il est près de quatre heures du matin !

- Marie, il faudrait que tu t'asseois...

- J'ai été évachée sur le divan pendant trois heures, mon beau tripoteux de souris, alors, si ça ne te dérange pas trop, je vais rester debout, ok ?

- Comme tu veux... mais ce que je vais te révéler va probablement te bouleverser...
- Quoi ? Tu as trouvé un moyen pour que je devienne enceinte sans faire appel aux petites annonces du l'hebdo culturel ICI Montréal ?

- Non ! Peux-tu rester sérieuse deux minutes ?

- Euh, je te signale que je te parle de notre avenir qui ne vient pas parce que monsieur ne bande plus...

- Ok ! Ok ! On en a déjà assez discuté, non ?

- Euh, laisse-moi réfléchir... Non !

- ...

- Ben, quoi, Ed ?!

- Marie, nous en avons parlé à ton médecin de famille, à ta mère, à ton frère Jeff, à ta meilleure amie Sandy, au livreur de pot, à ta grand-mère le jour de son 82e anniversaire et même à un Témoin de Jéhovah, sacrament ! Veux-tu me dire à qui on devrait en parler encore ?!?

- On devrait s'en parler... Nous deux.

- Ah, come on !

- Je te le dis, Édouard, c'est rendu grave notre affaire...

- Ben, voyons ! Marie s'asseoit tout à coup. Édouard sait que ce n'est pas bon signe lorsque Marie prend une chaise et l'approche de lui. Ça sent la confrontation dominicale. Chaque fois que la semaine s'achève, c'est la même histoire : il faut toujours qu'ils parlent d'avenir. Combien de temps pourront-ils être ensemble sans vraiment "construire" quoique ce soit ? Pourquoi ne déménageraient-ils pas, le mois de juillet prochain ? Quand est-ce qu'ils finiront par se marier tous les deux ? Acheter une voiture, faire un voyage, préparer une retraite de vieux cons télévangélisés, quand est-ce qu'ils vont y penser sérieusement, sinon tous les dimaches de la semaine ? C'était une maladie, cette manie de se parler sans cesse de l'avenir, et Édouard se sentait périr un peu plus à chaque fois que Marie l'obligeait à en parler ad vitam aeternam.

Mais pas cette fois ! Cette fois, il en avait finit avec l'avenir !

- Écoute, Marie, on a plus à se faire de soucis.

- Tu as changé d'emploi ?

- Non.

- Nous avons gagné à la lotterie ?

- Non.

- Ta as hérité d'un oncle ou d'une tante éloigné un bon paquet de cash ?

- Ben, non ! Veux-tu ben arrêter de dire des niaiseries, osti !

Marie sourit. Édouard sert les poings en fulminant.
- Bon, qu'est-ce qu'il y a, Eddy ? , lance Marie après une courte période de silence afin de sortir Édouard de son mutisme autistique.

- ...

- Envoye, acccouche qu'on baptise ! , gémit Marie en prenant un air excédé.

- La fin du monde est pour le 10 avril 2014, bébé.

Sur le coup, Marie ne répond pas. Elle est bouche bée, "son bébé". Elle s'attendait à l'entendre lui dire: "Ça y est, c'est fini. Je sais tout. Nous deux, c'est fini." Mais non. Elle n'arrive pas à en croire ses oreilles.

- Tu viens de me dire quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ???

- La fin du monde est prévue pour le 10 avril 2014. Je viens de l'apprendre sur internet.

- ...

- Tu comprends ce que ça veut dire, Marie ?

- Je comprends une chose, Eddy : tu es tombé sur la tête, câlice !

- Ben non, écoute-moi avant de capoter...

- Écouter quoi ? T'es malade, Eddy ! Je pensais que le pot te rendrait fou mais c'est l'internet qui te fait perdre la Raison ! J'ai mon voyage ! Édouard cherche à retenir Marie en lui mettant la main sur la cuisse, mais cette dernière se lève d'un bond et s'éloigne en secouant la tête. Ses cheveux volent dans les airs tellement elle est furieuse. Puis elle se retourne avant de quitter la pièce et lance: "T'es rien qu'un osti de câlice de gros tabarnak de con d'épais de st-crême de ciboire de gros attardé mental. Maudit sacrament d'innocent !!!"

"Mais Marie, la Kabbale...", soupire Édouard en vain.

La porte de leur chambre à coucher claque. Les murs s'ébranlent. Le chien du voisin jappe. Le cadre de Dali tombe et se fracasse par terre. Le verrou glisse. Édouard devra coucher une fois de plus sur le divan cette nuit. "Encore un mal de cou à prévoir pour demain...", se dit-il en griffonant quelques chiffres sur un bout de papier, avant d'y ajouter quelques notes d'explications. "Peut-être comprendra-t-elle mieux à son réveil ? La nuit porte conseil.", pense-t-il avant de fermer la télé et de s'endormir tout habillé sur le divan trop court du salon.

Découvrez les autres textes de Syhemalik sur inlibroveritas

Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Les Auteurs les plus lus


About - Achard - Ackerman - Ahikar- Aicard - Aimard - Alexandre - Allais - Amnesty International- Anatole France- Andersen - Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Arène - Assollant - Aulnoy- Aulu gelle- Austen - Baillon - Balzac - Banville - Barbara - Barbey d aurevilly - Barrios - Barry - Baudelaire - Baure - Bazin - Beauclair - Beaumarchais- Beauvoir - Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bergerat - Bible- Billot - Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Bove - Boylesve - Brontë - Bruant - Brunet - Burney - Canel - Catherine H- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Chevalier - Chevalier à la Rose- Choderlos de Laclos - Chtchédrine - Cicéron- Claretie - Colet - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Comtesse de ségur- Comtesse de ségur - Conan Doyle - Contes médiévaux- Coppee - Corneille - Cotard - Coudrier - Courteline - Crevel - Cros - Cuomo - Curwood - D´holbach- Dandurand - Dantin - Daudet - De condorcet - De gouges - De Heredia - De laveleye - De pawlowski - De renneville - De staël - De vesly - Del - Delattre - Denon - Des tilleuls - Desbordes Valmore - Descartes - Deulin - Dickens - Diderot - Dionne - Domergue - Dostoïevski - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Duruy - Eberhardt - Elidée- Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Fabre - Faguet - Fedydurke - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flat - Flaubert - Flaubert - Fleury - Florian - Focillon - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- France - Frechette - Fredleborgne - FrihD - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gaskell - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Godwin - Gogol - Gréville - Grimm - Gyp- Hache - Hawthorne - Hérédia - Hodja - Hoffmann- Hoffmann - Homère- Houssaye - Huchon - Hugo - Ista - James - Jammes - Jost - Kardec - Kipling - La Fontaine - La rédaction- Lacroix - Lamartine - Lancourt - Le Braz - Le Rouge - Le Saint - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Lemonnier - Leopardi - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Level - Lévêque - Lewis - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- M.B.- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Mallarmé - Malot - Margueritte - Marivaux- Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mistral - Moinaux - Molière- Montaigne- Montesquieu- Moreau - Mouton - Muller - Musset - Musset - Nerincx - Nicloux - Nodier - Normand - Orain - Ouida- Ourgant - Pavie - Pelletier - Pergaud - Perrault - Pichler - Poe - Polo - Pouchkine - Proust - Racine - Radcliffe - Ramuz - Rémy- Renard - Retbi - Richepin - Rilke - Rimbaud - Rod - Rodenbach - Rolland - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Sainte beuve - Samain - Sand - Schnebelen - Scholl - Schwob - Scott - Sénèque- Shakespeare - Silion - Silvestre - Stendhal- Stevenson - Sue - Summer - Syhemalik- Theuriet - Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Trollope - Twain - Valery - Valéry - Vallès - Vannereux - Verhaeren - Verlaine - Verne - Vicaire - Vigny - Villiers de l isle adam- Vogue (de) - Voltaire- Wharton - Wilde - Zaccone - Zola

--- Liste complète

}