Version pour mal voyants
Menu

Illustration: Autour d'un fiacre - Maurice Mac nab

Autour d'un fiacre

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Sabine
Livre audio de 08min
Fichier mp3 de 6,9 Mo

340 - Téléchargements - Dernier décompte le 20.08.17




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Inviter
un(e) ami(e)
Signaler
une erreur
Commentaires
 




Musique : Winner Winner: http://incompetech.com/music/royalty-free/
Illustration:Compagnie des Voitures de Paris: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10506696s.r=fiacre?rk=300430;4

 

Trois petites histoires pour rire


Maurice Mac-Nab (1856-1889)

Autour d'un fiacre

Un fiacre passait sur la place du Carrousel.
Une bonne vieille y passait aussi. C'était son droit!
Personne ne contestera ce droit!
Le fiacre était noir et jaune : il y avait écrit dessus : Camille.
Il peut arriver à tout le monde de s'appeler Camille!
Le cocher avait un ruban jaune à son chapeau, des passepoils jaunes, un filet jaune, des cheveux jaunes.
On a un uniforme ou on n'en a pas!
Le cheval aussi était jaune, de sa couleur naturelle.
On ne lui en fera pas un crime. Et puis, vous savez, des goûts et des couleurs...
La bonne vieille avait le teint jaune ; mais le teint ne fait rien à l'affaire!
Elle était sourde, c'est vrai ; mais un bon coeur fait pardonner bien des défauts!... Bref, les choses en étaient là quand le cheval se mit à trotter. (Tout arrive ici-bas!)
Sur la, place, il n'y avait que le fiacre et la bonne vieille. Or cette place a cent trente-trois mètres en long et quatre-vingt-douze en large. Ce n'était pas l'espace qui manquait : on ne dira pas le contraire. (Je voudrais bien voir qu'on dise le contraire!)
Et, pourtant, le fiacre a écrasé la bonne vieille.
Après tout, me direz-vous, une femme de plus ou de moins!... Je ne dis pas, mais cela n'en était pas moins fort désagréable pour le cocher!
Ça pouvait lui faire du tort!
Enfin, on lui a pardonné pour cette fois.
Du reste, à quoi bon le punir?
S'il a écrasé une femme, est-ce une raison pour lui enlever son gagne-pain?

Old England

Grande, raide, sèche, jaune, édentée, parcheminée et coiffée d'un chapeau extraordinaire, l'Anglaise entra dans un bureau de poste les pieds en avant.
Elle tourna à demi la tête et dit avec une voix de brouette mal graissée :
" Come on, Clara! "

Clara est petite, mince, plate, rousse ; elle a des dents très longues et suit sa maîtresse les pieds en avant.
L'Anglaise demande soixante timbres-poste pour affranchir soixante lettres adressées à soixante personnes différentes.
Elle allonge cinq doigts osseux, saisit les timbres et répète :
" Come on, Clara! "
Clara fait demi-tour avec la grâce d'une locomotive.
Droite, les talons joints et les bras pendants, elle lève les yeux au ciel, entrouvre la bouche et tire la langue!
Alors l'Anglaise, grande, raide, sèche et jaune passe successivement les soixante timbres-poste sur la langue de Clara, petite, mince, plate et rousse, et les applique un par un d'un coup sec sur les soixante lettres adressées à soixante personnes différentes.
Puis elle se dirige vers la porte en disant encore une fois :
" Come on, Clara! "
Toutes deux disparaissent comme des ombres, les pieds en avant.

Dernièrement, j'ai rencontré la pauvre Clara, toujours petite, mince, plate et rousse, mais elle avait les lèvres collées et ne pouvait plus ouvrir la bouche.

Victime d'un regard

Hier soir, vers cinq heures, je faisais tranquillement mon tour du lac. Ce qu'on appelle le lac, à Montmartre, c'est le bassin de la place Pigalle ; cet endroit est très fréquenté au moment de l'absinthe.
Le moment de l'absinthe est celui où l'on découvre parmi les consommateurs des terrasses environnantes un copain capable de vous inviter par signe à venir savourer un apéritif.
Comme je suis fort distrait en marchant, je me heurtai contre un monsieur qui s'avançait en sens inverse. Le choc me fit reculer et je me confondis en toutes sortes d'excuses.
Alors je m'aperçus que le monsieur pleurait à chaudes larmes. Il tenait à la main un numéro du Chat noir et me dit entre deux sanglots :
" Ah! monsieur!... Ah! monsieur!...
- Vous me paraissez bien affligé, m'écriai-je ; qu'y a-t-il, que puis-je faire? "
Il me répondit : " Je m'appelle Axelsen.
- Ah! Axelsen! Un de mes amis vous connaît bien... Alphonse Allais.
- Chut! Nous sommes brouillés à mort. Justement, c'est lui qui est la cause involontaire de mon chagrin, en me rappelant une bien triste histoire. Tenez. "
Il me tendit le numéro du Chat Noir en m'indiquant ces deux lignes :
" Elle était veuve, et rien ne m'ôtera de l'idée que son mari avait été victime du regard. "
" Je ne comprends pas, fis-je, inquiet.
- Vous ne comprenez pas? Eh bien. Le temps de prendre une absinthe et vous aurez la comprenoire ouverte. "
(Cette expression est, parait-il, familière à Axelsen.)
" Alors, allons-y!
- Pas au Rat-Mort... tous les garçons me doivent de l'argent. Ni à la Nouvelle-Athènes... même chanson. Entrons chez le mastroquet, à côté du bureau des omnibus. "
Sitôt que nous fûmes installés, Axelsen commença son récit :
" J'ai bien connu autrefois la concierge d'Alphonse Allais. Celle dont il parle là, et qui avait un mauvais regard. Oh! ce regard!... Quant au mari, quel brave homme.
En voilà un qui ne regardait pas à régaler ses amis, et, chez le charbonnier de la rue Saint-Jacques, c'était toujours sa tournée.
Un soir, il m'entraîna à la fête de Montrouge, où il y avait des lutteurs et des somnambules. Vous ne croyez pas aux somnambules? Moi non plus, je n'y croyais pas.
Voilà ce malheureux (j'ai oublié son nom) qui est pris d'une fantaisie baroque. Il se fait tirer les cartes et, chose bien curieuse, on lui prédit que sa mort serait causée par un regard.
Cette prophétie produisit un tel effet sur le faible cerveau du pauvre concierge qu'il devint comme fou, évitant de s'exposer aux regards de ses voisins, et surtout de sa femme.
Il en arriva à s'enfermer tout le jour dans un réduit, pour n'être vu de personne.
Moi seul je pouvais l'approcher, et nous causions tous les deux en nous tournant le dos, de crainte que mon regard ne causât quelque malheur.
Eh bien! Malgré toutes ces précautions, il a péri victime d'un regard. Une nuit qu'il errait sur le boulevard Saint-Germain, il tomba dans une espèce de trou très profond. On ne retira qu'un cadavre!... Pauvre homme! Douloureux souvenir! "
Le conteur fut interrompu par de nouveaux sanglots. Quand il fut un peu calmé, je lui demandai :
" C'est cela que vous appelez périr victime d'un regard? "
Axelsen se pencha vers moi et me dit à l'oreille :
" Ce trou, c'était un regard d'égout... avez-vous compris? On en boirait bien une autre, n'est-ce pas? "
Pendant que le patron servait la seconde tournée, Axelsen reprit :
" Surtout, n'allez pas raconter ça à votre ami Allais, il vous dirait que c'est une blague. "

Source: http://www.etudes-francaises.net/miscellanees/m/macnab01.htm

Cet enregistrement est mis à disposition sous la Licence art libre. Licence Art Libre
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License


Commentaires :


Message de Anonyme

Merci Sabine pour toute ces lectures qu'on irait pas chercher spontanément. Vous les interpréter à merveilles.


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :




Disponible sur Google Play

Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Sites à visiter


Site de sabine

Publicité



Les Auteurs les plus lus


Achard - Ackerman - Ahikar- Aicard - Aimard - Allais - Amnesty International- Anatole France- Andersen - Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Audoux - Aulnoy- Aulu gelle- Baillon - Balzac - Banville - Barbey d aurevilly - Barrios - Baudelaire - Baure - Bazin - Beaumarchais- Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bergerat - Bible- Billot - Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Boylesve - Brontë - Bruant - Brunet - Burney - Canel - Catherine H- Chasles - Chateaubriand - Cheniti - Choderlos de Laclos - Chtchédrine - Cicéron- Claretie - Colet - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Comtesse de ségur- Conan Doyle - Contes médiévaux- Coppee - Corneille - Cotard - Coudrier - Courteline - Cros - Cuomo - D´holbach- Dandurand - Daudet - De condorcet - De Heredia - De laveleye - De pawlowski - De renneville - De vesly - Del - Delattre - Des tilleuls - Desbordes Valmore - Deulin - Dickens - Diderot - Dionne - Domergue - Dostoïevski - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Eberhardt - Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Fabre - Fedydurke - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flat - Flaubert - Fleury - Florian - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- Fredleborgne - FrihD - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gaskell - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Gogol - Gréville - Grimm - Hache - Hawthorne - Hodja - Hoffmann- Homère- Huchon - Hugo - James - Jammes - Jost - Kardec - Kipling - La Fontaine - La rédaction- Lamartine - Lancourt - Le Braz - Le Rouge - Le Saint - Leblanc - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Level - Lévêque - Lewis - London - Lorrain - Loti - Louÿs - Lycaon- M.B.- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Mallarmé - Malot - Marivaux- Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Meer - Mérimée - Miguel de Cervantes- Milosz - Mirbeau - Mistral - Molière- Montaigne- Montesquieu- Moreau - Mouton - Musset - Musset - Nerincx - Nodier - Normand - Orain - Pavie - Pergaud - Perrault - Poe - Polo - Pouchkine - Proust - Racine - Radcliffe - Rémy- Renard - Richepin - Rilke - Rimbaud - Rodenbach - Rollinat - Ronsard - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Sachermasoch - Sade - Saint amand - Sainte beuve - Samain - Sand - Schnebelen - Scholl - Schwob - Scott - Sénèque- Shakespeare - Silion - Stendhal- Stevenson - Sue - Syhemalik- Tchekhov - Thoreau - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Twain - Valery - Vallès - Vannereux - Verhaeren - Verlaine - Verne - Vicaire - Vigny - Villiers de l isle adam- Voltaire- Wharton - Wilde - Zola

--- Liste complète