Version pour mal voyants
Menu

Illustration: La lumière bleue - frères grimm

La lumière bleue

(Version Intégrale)

Enregistrement : Audiocite.net

Lu par Sabine
Livre audio de 12min
Fichier mp3 de 10,6 Mo

1106 - Téléchargements - Dernier décompte le 21.01.17




Télécharger
(clic droit "enregistrer sous")
Lien Torrent
Peer to peer
Inviter
un(e) ami(e)
Signaler
une erreur
Commentaires
 




Musique : Branbenburg: Kevin MacLeod (incompetech.com)

Illustration d'après https://pixabay.com/ Domaine public


La lumière bleue

Traduction de E. Alsleben(19e siècle)

 

Pendant de longues années, un soldat avait servi le roi fidèlement. Mais lorsque la guerre vint à finir et que le soldat ne put plus servir à cause de ses nombreuses blessures, le Roi lui dit :

« Tu peux t'en aller, je n'ai plus besoin de toi. Tu ne recevras plus d'argent : seuls ceux qui peuvent accomplir un travail se méritent un salaire. »

Le soldat, ne sachant pas comment il gagnerait sa vie, s'en alla, inquiet. Il marcha toute la journée et, le soir venu, il se retrouva dans une forêt. À la nuit tombante, il aperçut une lumière, s'en rapprocha, et arriva à une maison habitée par une sorcière.

« Donne-moi un lit, de quoi manger et de quoi boire », lui dit le soldat

« je languis. » « Oh ! Oh ! », répondit la sorcière,

« qui oserait donner quelque chose à un soldat égaré ? Allons, je serai miséricordieuse et je t'accueillerai, mais à condition que tu fasses ce que je demande. »

« Et que veux-tu ? », demanda le soldat. « Je veux que demain tu bêches mon jardin. »

Le soldat consentit et, le jour suivant, il travailla avec la plus grande ardeur. Mais il ne put terminer le travail avant la nuit.

« Je vois bien », dit la sorcière

« que tu n'en peux plus aujourd'hui ; je vais donc te garder une autre nuit. Mais pour cela, demain tu devras me fendre une corde de bois et en faire du petit bois. »

Cela lui prit toute la journée. Au soir, la sorcière lui offrit de rester encore une nuit.

« Demain, tu devras seulement accomplir un tout petit travail pour moi. Derrière ma maison, il y a vieux puits asséché, dans lequel est tombée ma lampe. Elle brille d'une lumière bleue et ne s'éteint jamais. Tu devras me la rapporter. »

Le jour suivant, la vieille sorcière le conduisit au puits. Elle le fit s'asseoir dans un panier et le descendit tout au fond. Il trouva la lampe, et fit un signe à la sorcière, lui signifiant qu'elle devait le remonter. Elle le tira vers là-haut, mais lorsque qu'il fut tout près du bord, elle tendit la main et tenta de lui prendre la lampe bleue. « Non », dit le soldat en devinant les mauvaises intentions de la sorcière.

« je ne te donnerai pas la lampe avant d'avoir remis les deux pieds sur la terre ferme. »

Cela mit la sorcière en colère ; elle le laissa retomber au fond du puits, et elle s'éloigna. Le pauvre soldat tomba sur le sol humide, sans se faire mal toutefois. La lampe bleue continuait à briller ; mais en quoi cela pourrait-il l'aider? Il crut bien qu'il n'échapperait pas à la mort. Triste, il s'assied un moment, puis il fouilla dans sa poche et y trouva sa pipe encore à moitié pleine.

« Ce sera mon dernier plaisir », se dit-il.

Il prit la pipe, l'alluma à la flamme de la lampe bleue, et commença à fumer. Alors que les volutes s'élevaient dans le puits, un génie apparut devant le soldat et lui demanda : « Maître, qu'elles sont tes ordres ? ».

« Que m'est-il possible de t'ordonner ? », répliqua le soldat avec étonnement.

« Je dois faire tout ce que m'ordonneras », répondit le génie.

« Eh bien ! », dit le soldat, « aide-moi d'abord à sortir de ce puits. »

Le génie le prit par la main et le conduisit au travers d'un passage secret. Il n'oublia pas d'emporter la lampe bleue. Il lui montra en chemin les trésors que la sorcière avait accumulés et cachés là. Le soldat ramassa autant d'or qu'il pouvait en emporter. Quand il arriva en haut, il dit au génie :

« Maintenant va, capture la sorcière, et amène-la devant le tribunal. »

Peu après, elle passa rapide comme le vent, un chat sauvage en guise de monture, en poussant des cris effroyables. Le génie ne tarda pas à revenir, et dit :

« La cause a été entendue, et la sorcière sera bientôt sur le bûcher. Maître, que désires-tu encore. »

« Pour l'instant, rien », répondit le soldat.

« Tu peux retourner chez toi ; mais tiens-toi prêt à venir si je t'appelle. »

« Ce ne sera pas nécessaire, dit le génie, puisque tu n'as qu'à allumer ta pipe avec la lampe bleue pour que j'apparaisse juste devant toi ».

Là-dessus, il disparut. Le soldat retourna dans la ville d'où il venait. Il descendit dans la meilleure auberge et se fit faire de beaux habits. Puis il demanda à l'aubergiste de lui aménager une chambre le plus magnifiquement possible. Lorsque cela fut fait, il appela le génie et lui dit :

« J'ai servi le roi fidèlement, mais il m'a renvoyé et laissé affamé, sans gagne-pain. Pour cela, je me vengerai. »

« Que puis-je faire ? », demanda le génie.

« Cette nuit, lorsque la princesse sera au lit, amène-là ici encore endormie ; elle devra être ma servante» Le génie répondit :

« Pour moi c'est très facile, mais pour toi c'est plutôt dangereux. Si on venait à l'apprendre, ça irait très mal pour toi. »

Lorsque minuit sonna, la porte s'ouvrit, et le génie amena la princesse à l'intérieur.

« Ah ! Ah ! Te voilà enfin ! », s'exclama le soldat.

« Allez, prends le balai et nettoie la pièce. »

Tandis que la princesse s'affairait, le soldat lui ordonna de venir près de son fauteuil.

Il s'allongea les jambes et dit :

« Enlève-moi mes bottes. »

La princesse dut les lui enlever, les nettoyer et les faire briller. Elle fit tout ce qu'il lui ordonna, sans opposition, muette, et les yeux mi-clos. Au premier chant du coq, le génie ramena la princesse dans son lit, au château. Le lendemain matin, lorsque la princesse se leva, elle alla voir son père et lui raconta qu'elle avait fait un rêve étrange :

« Je défilais dans des rues à la vitesse de l'éclair et je me retrouvais dans la chambre d'un soldat. J'étais sa servante et devais faire toutes sortes de travaux ménagers : balayer la chambre, nettoyer les bottes... Ce n'était qu'un rêve, et pourtant je me sens si fatiguée, comme si j'avais vraiment fait tout cela ! »

« Mais peut-être n'était-ce pas un rêve », dit le roi.

« Je vais te donner un conseil : fais un petit trou au fond de tes poches, lesquelles tu rempliras de petits pois. Si on t'enlève encore, les pois tomberont et laisseront une piste dans les rues. »

Tandis que le roi parlait, le génie se tenait là, invisible, écoutant tout. La nuit, comme la princesse se faisait transporter dans les rues, tous les petits pois tombèrent de ses poches. Mais ils ne laissèrent pas de piste puisque le génie avait répandu des pois dans toutes les rues. La princesse dut encore faire la servante jusqu'au chant du coq. Au matin, le roi envoya ses gardes pour qu'ils suivent les traces ; mais c'était peine perdue ! Dans toutes les rues, des enfants pauvres étaient assis et mangeaient les petits pois en disant :

« Cette nuit, il a plu des petits pois ».

« Nous devrons trouver autre chose », se dit le roi.

Il s'adressa à la princesse :

« Garde tes souliers lorsque tu iras te coucher. Et avant que tu ne reviennes de là-bas, caches-en un ; j'arriverai bien à le retrouver. »

Le génie découvrit le pot aux roses et le soir, lorsque le soldat lui ordonna d'aller chercher la princesse, il lui raconta tout. Il lui expliqua que contre une telle ruse, il ne connaissait pas de parade, et que si l'on retrouvait le soulier chez lui, cela pourrait tourner mal.

« Fais ce que je t'ai dit », répliqua le soldat.

La princesse dut encore faire la servante pour une troisième nuit. Mais avant qu'on la ramenât chez elle, elle cacha un soulier sous le lit. Le lendemain matin, le roi fit rechercher le soulier de sa fille dans toute la ville ; il fut retrouvé chez le soldat. Celui-ci, avec l'aide des gens de la rue, avait déjà fui jusqu'aux portes de la ville. Il fut bientôt arrêté et jeté en prison. Dans sa fuite, le soldat avait oublié d'emporter ce qu'il avait de plus précieux : la lampe bleue, et son or. Il ne lui restait qu'un écu dans sa poche. Tandis qu'il se tenait à la fenêtre de sa prison, le soldat vit un de ses amis qui passait dehors. Il frappa à la fenêtre pour le faire s'approcher et lui dit :

« Sois bon et rapporte-moi le balluchon que j'ai laissé à l'auberge ; pour cela, je te donnerai un écu. »

L'ami partit, puis ramena ce que le soldat lui avait demandé. Aussitôt seul, le soldat alluma sa pipe et fit apparaître le génie.

« Sois sans crainte. », dit le génie à son maître,

« Vas là où ils t'emmèneront, laisse faire les choses. Et n'oublie pas d'apporter la lampe bleue. »

Le jour suivant, on tint un procès contre le soldat, et bien qu'il n'eût rien fait de bien méchant, le juge le condamna à mort. Alors qu'on l'amenait dehors, le soldat demanda au roi une dernière faveur.

« Quelle est-elle ? », demanda le roi.

« J'aimerais pouvoir fumer ma pipe sur le chemin de la potence ».

« Tu peux la fumer », répondit le roi.

« Et trois fois plutôt qu'une. Mais ne va surtout pas croire que je te laisserai la vie sauve. »

Alors le soldat sortit sa pipe et l'alluma à l'aide de lampe bleue. Et à peine deux ronds de fumée s'étaient-ils envolés que, déjà, le génie se tenait là, un gourdin à la main.

Il dit : « Que désires-tu, mon Maître ? »

« Donne une bonne raclée au juge de mauvaise foi et à ses sbires. Et n'épargne pas le roi ; il m'a fait tellement de torts. »

Le génie partit comme l'éclair, et pif, et paf, il frappa çà et là. Et tous ceux qu'il frappait de son gourdin, s'effondraient immédiatement sur le sol et n'osaient plus bouger.

Le roi, tout effrayé, se mit à supplier qu'on l'épargnât. Pour qu'on lui laisse la vie sauve, il céda tout son royaume au soldat, et lui donna à marier sa fille, la princesse.

Cet enregistrement est mis à disposition sous la Licence art libre. Licence Art Libre
Cet enregistrement est mis à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License


Commentaires :


Message de Anonyme

merci


Message de dov

Nouvelle sans moralite....


Ajouter un commentaire



(Pas de liens ni de code s.v.p)
Pseudo :




Nouveautés
---



> Toutes les nouveautés

Sites à visiter


Site de sabine

Publicité



Les Auteurs


Abbé ricouard- Achard - Ackerman - Ackermann - Adalbert - Ahikar- Aicard - Aimard - Al.dîn.Attar- Alexandre - Allais - Allmann - Amnesty International- Anatole France- Anceaux - Andersen - André Laurie- Andreïev - Anonyme- Apollinaire - Ar Men- Arène - Arvers - Asselineau - Assemblée constituante- Audoux - Aulnoy- Baillon - Balzac - Banville - Barbara - Barbey d aurevilly - Barrios - Barry - Barthelemy - Basho - Bataille - Baudelaire - Baure - Bazan - Bazin - Beaugrand - Beaumarchais- Beecher stowe - Bellay - Beltran - Bergerat - Bernède - Berr - Berthoud - Bertillon - Bertin - Besson - Biard - Bible- Billot - Birdman- Block - Bloy - Bohoussou - Boileau - Borie - Bosquet - Bossuet - Boulianne - Bourdaud - Bourget - Bouzou - Bove - Boylesve - Bramafa - Brenza - Brieux - Brisson - Brontë - Brunet - Buet - Burger - Callis Sabot - Candor - Canel - Carrillo - Carroll - Catherine H- Catulle- Champfleury- Charles d´Orléans- Charpillon & caresmes- Chasles - Chateaubriand - Chenier - Cheniti - Choderlos de Laclos - Christophe- Chtchédrine - Cicéron- Clémenceau - Collectif - Collectif- Collégiens de Fontenilles- Collin des gimées - Commanville - Commelin - Commynes - Comtesse de ségur- Conan Doyle - Conte allemand- Conte soufi- Contes Bretagne- Contes médiévaux- Coppee - Coppens - Corbière - Corneille - Cotard - Coudrier - Coué - Courteline - Crevel - Cros - Cuomo - Cyr- D alembert - D´aubigné- D´eglantine - D´holbach- Dagorne - Dandurand - Dantin - Darwin - Daudet - De bigorre - De condorcet - De forges de parny - De gouges - De Heredia - De kock - De la barre - De la bédollière - De la boétie - De lacour - De Lautrec - De laveleye - De navery - De nion - De nivelle - De pawlowski - De pulligny- De regnier - De renneville - De saint juste - De saint exupéry - De scudéry - De vesly - Del - Delarue mardrus - Delattre - Delille - Demolière - Demon - Desbordes Valmore - Deshayes - Desnos - Desportes - Desprez - Desvaux - Deulin - Devos - Dickens - Diderot - Dierx - Dionne - Doc Boomerang- Doctorow - Domergue - Dostoïevski - Dreyfus - Du bellay - Du puget - Dumas - Dumas fils - Dumont - Dupire - Eawy - Eberhardt - Edgeworth - Eichendorff - élisabeth- Emile - Epalle - Epictete- Erckmann - Erckmann chatrian- Ésope- Fabre - Fabrice- Faguet - Faure - Fecteau - Fedydurke - Fénelon- Féré - Feuillet - Féval - Feydeau - Filiatreault - Flamant - Flaubert - Flaubert - Fleury - Florian - Forgeot - Forneret - Fourest - Alain-Fournier- François d´Assise- Fredleborgne - FrihD - Froissart - Fudal - G@rp- Gaboriau- Galopin - Garot - Gauguin - Gautier - Gazoufer - Gehenot - Géniaux - Gibran - Giono - Girardin - Gogol - Gouget - Grange - Grangé, decourcelle et barrière- Grimm - Guersande- Guez de balzac - Guiot de dijon- Hache - Han ryner- Hawthorne - Hérédia - Hervieu - Hodja - Hoffmann- Holderlin - Homère- Horace- Huchon - Hugo - Hugo - Huret - Huysmans - Irving - Isaac de Benserade- Ista - Jacob - Jammes - Janin - Janulewicz - Jean - Jodelle- John - Joinville - Jost - Jourdain - Kahn - Kamel- Kardec - Khayyam - Kipling - L hermite - La bruyere- La Fontaine - La rédaction- La Rochefoucauld - Labbé - Lacaussade - Lafargue - Laforgue - lagerlof - Lamartine - Lancourt - Lao Tseu- Latrive - Laurens de la Barre (du) - Le Bonnec- Le Braz - Le Bussy - Le jeune - Le Rouge - Le roy - Le Saint - Leblanc - Lebreton - Leclerc de Buffon - Leconte de Lisle - Legendre - Lemay - Lemercier - Lemoine - Lemonnier - Lemoyne - Léon de Tinseau- Leprince de Beaumont - Lermina - Leroux - Les 1001 nuits- Lesage - Level - Lévêque - Lewis - Li Cam- Lincoln - London - Loriot - Lorrain - Loti - Louis xvi- Louÿs - Lovecraft - Lycaon- L´allemant - M.B.- M83- Machiavel - Madame de La Fayette- Madeleine - Malatesta - Malherbe - Mallarmé - Maltebrun - Marchand - Margueritte - Marivaux- Marmier - Marot - Martin (fr) - Martin (qc) - Maturin - Maupassant - Maurière - Mayne reed - Mayne reid - Meer - Mérieau - Mérimée - Mérimée - Mesureur - Miguel de Cervantes- Milgram - Milosz - Mirbeau - Mistral - Moinaux - Molière- Montaigne- Montasserre - Montesquieu- Moréas - Moreau - Morin - Mouton - Muhammad- Murger - Musset - Musset - Nau - Nerincx - Nerval et valmore - Noailles - Nodier - Noir - Normand - Nouveau - Novalis- Nox - Orain - Ovide- Ovide - Pacte- Paillet - Pascal - Pavie - Peguy - Pere jacques de jesus- Pergaud - Périer - Pérochon - Pérouze - Perrault - Phèdre- Picard - Pierre - Pierret - Pitou - Pline - Pluquet- Poe - Poètes XII- Polo - Ponson du Terrail- Pouchkine - Prévost (l´abbé) - Proust - Pyat - Quatrelles - Racine - Racine - Racine molière beaumarchais de musset hugo- Racine, musset, hugo etc.- Radcliffe - Radiguet - Ratisbonne Louis- Réal - Regnier - Rémy- Renard - René- Richepin - Rilke - Rimbaud - Riviere - Rodenbach - Rodin - Rodziewiczówna - Rollinat - Ronsard - Rose - Rosny_aîné - Rostand - Rousseau - Rousseau - Rutebeuf- Sachermasoch - Sade - Saint amand - Saint Amant - Saint saëns - Sainte croix - Samain - Sand - Schiller - Schleiemacher - Schnebelen - Scholl - Schuré - Schwob - Scott - Scupoli - Sébillot - Sénèque- Sévigné- Shakespeare - Shankaracharya - Sieyès - Silion - Silverson- Silvestre - Sologoub - Spyri - Stendhal- Sterne - Stevenson - Sue - Sully prudhomme- Syhemalik- Synésius- Tastu - Tchekhov - Thackeray - Thoré - Thoreau - Tolstoï (A) - Tolstoï (L) - Toudouze - Tourgueniev - Traski - Trimm - Tutchev - Twain - Tzu - Töpffer - Uhland - Valery - Vallès - Van lerberghe - Van lergerghe - Vannereux - Varlet - Verhaeren - Verlaine - Verlaine - Vernay - Verne - Véronique- Vicaire - Vigny - Villehardouin - Villiers de l isle adam- Villon - Voltaire- Von arnim - Von kleist - Wilde - Willis - Yigo- Yolande- Zaccone - Zo d´axa- Zola - Zweig